Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La CCN tolérera la présence de Québécois sur le canal Rideau mais ne les encourage pas à traverser la frontière.
La CCN tolérera la présence de Québécois sur le canal Rideau mais ne les encourage pas à traverser la frontière.

La CCN ne refusera pas les visiteurs des autres provinces

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les sportifs et promeneurs entêtés qui traversent la rivière des Outaouais ne seront pas rabroués sur les sites de la Commission de la capitale nationale (CCN). Autrement dit, un Québécois ne sera pas persona non grata s’il s’obstine à patiner sur le canal Rideau, et un Ontarien ne sera pas renvoyé chez lui s’il tient absolument à faire de la raquette dans le parc de la Gatineau.

Mais ce n’est pas l’idée du siècle en cette période de pandémie et de restrictions gouvernementales historiques, précise la porte-parole de la CCN, Valérie Dufour.

Mercredi, le premier ministre ontarien Doug Ford a supplié ses concitoyens de rester à la maison.

M. Ford et son homologue québécois, François Legault, demandent à la population de ne pas visiter d’autres régions, et d’autres provinces.


« Il y a assez de beaux sentiers de marche et de raquette en Ontario pour rester dans la province. »
Valérie Dufour, porte-parole de la CCN

De son côté, la CCN demande aux résidants de se rendre uniquement à ses propriétés qui sont près de chez eux.

Elle mise sur la bonne volonté des sportifs et des amateurs de plein air des deux provinces. «On maintient nos installations ouvertes. Le but est de maintenir le parc ouvert, mentionne Mme Dufour. Mais il faut que les gens coopèrent, et pour continuer de jouer dehors, il faut écouter les demandes des gouvernements. Il y a assez de beaux sentiers de marche et de raquette en Ontario pour rester dans la province.»

La CCN n’enverra pas d’agents pour vérifier la provenance et les plaques d’immatriculation des utilisateurs sur ses sites comme le parc de la Gatineau ou le canal Rideau.

«Ce n’est pas notre juridiction, précise Mme Dufour. On respecte par ailleurs les directives du couvre-feu du gouvernement québécois.»

Plus tôt cette semaine, la médecin-chef de Santé publique Ottawa, la Dre Vera Etches, a précisé que ce n’était pas le temps pour les Ontariens de traverser la rivière pour se rendre à leur chalet du côté québécois, ni pour fouler les pistes et sentiers du parc de la Gatineau.

Sur son site Internet, la CCN dit avoir élaboré des «mesures préventives» pour permettre l’utilisation de ses sites, fort populaires et achalandés cette année.

«Nous avons tous besoin de pouvoir pratiquer sûrement et sainement des activités extérieures cet hiver, lit-on. C’est la raison pour laquelle la CCN garde ses parcs et ses terrains accessibles au public. Ils le resteront tant que la population respectera les directives de santé publique.»

Ouverture du canal Rideau
La glace est encore trop mince pour s’aventurer sur le canal Rideau, mais la CCN a pris la décision d’ouvrir l’endroit au public dès que sa surface sera assez solide.

La patinoire du canal Rideau sera ouverte seulement à des fins d’exercice physique. Il faut tout de suite oublier le café ou la queue de castor sur le bord du feu avec son groupe d’amis.

On ne trouvera que des patineurs cet hiver sur le canal Rideau.

«Il n’y aura pas de kiosques de nourriture ou d’autres activités commerciales, explique Mme Dufour. Il n’y aura pas de halte-chaleur non plus. Les escaliers seront aménagés afin de faire respecter un sens unique pour éviter les rapprochements physiques parmi les patineurs. Ce ne sera pas un endroit pour se rassembler…»

La CCN prévoit fermer une partie de la promenade Reine-Elizabeth à la circulation automobile, près du canal. Seuls les piétons y auront accès, de 9h à 17h, sept jours sur sept. La date de cette fermeture doit être confirmée dans les prochains jours.

La CCN rappelle que la population ne doit pas sortir si elle présente des symptômes de la COVID-19. Elle rappelle l’importance du respect des «sens uniques» dans ses sentiers balisés pour réduire les rapprochements physiques. «Portez un masque ou autre couvre-visage là où c’est requis ou lorsque l’éloignement physique n’est pas possible. Ayez un masque sur vous en tout temps.»