Une image du plan de réaménagement Rendez-Vous LeBreton.

La CCN largue RendezVous LeBreton

La Commission de la capitale nationale (CCN) a annoncé mercredi qu’elle casse son partenariat avec RendezVous LeBreton dans le projet de réaménagement immobilier des plaines LeBreton.

La Commission de la capitale nationale (CCN) a annoncé mercredi qu’elle casse son partenariat avec RendezVous LeBreton dans le projet de réaménagement immobilier des plaines LeBreton.

La résiliation des conditions avec le consortium composé du Trinity Development Group et du propriétaire des Sénateurs d’Ottawa Eugene Melnyk, aux prises avec de graves problèmes internes, entrera en vigueur dans 30 jours.

« Le conseil d’administration est saisi de l’avenir des plaines LeBreton et s’assure qu’il est en position de bouger rapidement pour maintenir l’élan de cet important projet », a indiqué la CCN dans un communiqué publié en fin d’après-midi, mercredi.

« La résiliation des conditions permettra à la CCN de passer aux prochaines étapes du processus de réaménagement à la prochaine séance publique de son conseil d’administration en janvier », a-t-on ajouté du côté de l’organisme. 

Il reste toutefois une fenêtre d’un mois pour RendezVous LeBreton de revenir devant la CCN avec une entente viable et des preuves solides que le partenariat Trinity Development Group et Capital Sports Management, piloté par le propriétaire des Sénateurs, peut réussir.

Trinity Development et Capital Sports Management sont à couteaux tirés et se battent à coups de poursuites devant les tribunaux.

Eugene Melnyk a déposé une poursuite de 700 millions $ contre Trinity Development Group et son président, John Ruddy. Il accuse Trinity Development de conflits d’intérêts en raison d’un projet de tours d’habitation qui doit voir le jour sur la rue Albert, tout près des plaines. Mardi, Trinity Development a riposté avec une poursuite d’un milliard $ contre le propriétaire des Sénateurs. 

Les plaines LeBreton doivent, en principe, accueillir environ 4400 unités d’habitation ainsi qu’un nouvel amphithéâtre de quelque 18 000 sièges qui sera le domicile des Sénateurs d’Ottawa. Il s’agit d’un projet de quelque 4 milliards $ devant s’échelonner sur une vingtaine d’années. Selon M. Ruddy, le propriétaire de l’équipe de la Ligue nationale de hockey tente d’obtenir un aréna à rabais.

L’équipe de hockey Les Sénateurs d’Ottawa a dit avoir pris connaissance de la décision de la CCN avec regret.

« Depuis plus d’un an, nous avons tenté de résoudre nos problèmes concernant les failles du modèle économique pour le réaménagement, à la fois dans le cadre de nos négociations privées avec la CCN et ensuite publiquement depuis le 22 novembre 2018 », a-t-on indiqué du côté des Sénateurs.

Les Sénateurs ont aussi déploré que sa demande auprès de la CCN pour qu’elle rencontre les parties afin de trouver les meilleurs moyens pour remédier aux problèmes ait été rejetée.

« Malgré nos efforts pour dénouer l’impasse hier (mardi) encore, nous n’avons pas réussi à concrétiser notre vision », ont souligné les Sénateurs.

Dans son communiqué, la CCN dit maintenir son engagement à réaménager les plaines LeBreton « selon les plus hautes normes de design, d’accessibilité, de durabilité et de connectivité ».

Le consortium DCDLC-Devcore, qui était dans la course en 2016 pour le développement des plaines LeBreton, pourrait réagir jeudi à la décision de la CCN. Il y a trois semaines, le consortium, qui comprend aussi les hommes d’affaires André Desmarais et Guy Laliberté, avait indiqué qu’il était prêt à prendre la relève.

Le propriétaire des Sénateurs pourrait réagir publiquement jeudi puisqu’il doit participer à la 15e séance de Patinage pour enfants Eugene Melnyk au Centre Canadian Tire.