La CCN en mode attente dans le dossier du 6e pont

Le gouvernement fédéral a beau avoir annoncé dans son budget à la mi-mars qu’il veut rafraîchir l’étude menée par la Commission de la capitale nationale (CCN) pour la construction d’un sixième pont entre Ottawa et Gatineau, il est encore beaucoup trop tôt pour que le dossier ait cheminé de quelque façon que ce soit, soutient le premier dirigeant Tobi Nussbaum.

« Nous sommes en train de travailler avec Services publics et Approvisionnement Canada. Il n’y a pas de doute qu’on est encore à un stade précoce. [...] Ce sera important pour nous d’avoir des idées du gouvernement, de connaître leurs attentes pour s’assurer d’avoir un plan de match clair », a-t-il brièvement commenté.

Arrivé en poste au début février, M. Nussbaum est d’avis que tous les moyens de transport, y compris l’automobile, l’autobus et le train léger sur rail, devront faire partie de l’analyse.

Le fédéral a indiqué qu’il souhaite « répondre au besoin démontré d’un point de passage supplémentaire dans la région de la capitale nationale en mettant à jour les études existantes et en élaborant un plan provincial intégré de longue durée sur les points de passages interprovinciaux, dirigés par la Commission de la capitale nationale (CCN), en collaboration avec les deux gouvernements provinciaux et les villes de Gatineau et d’Ottawa. »

Or, les maires des deux villes se sont toujours ouvertement opposés à l’idée d’un nouveau pont.

« Ma position ne change pas. On a deux priorités : s’assurer que l’arrimage se fait pour que les deux réseaux de transport en commun soient le plus efficace possible et les grands projets. C’est ça la priorité absolue pour moi, parce que d’ici dix ans, dans l’ouest de la ville, on sera congestionné soit par les autos, soit par les autobus. Il faut changer cela. Si le gouvernement tient à faire ces études-là, pour moi ça doit porter sur le transport en général, pas sur une infrastructure. [...] La solution, c’est le transport en commun », a martelé M. Pedneaud-Jobin.