Lévis Guay a annoncé mercredi que la Cabane chez Nathalie est à vendre.

La Cabane chez Nathalie à vendre

Saint-Mathieu-du-Parc — «Le mandat de Mme Magny est de détruire l’entreprise. Elle veut la mort de la cabane à sucre. Ce sont des faits. On met la cabane à sucre à vendre.»

Lévis Guay ne mâche pas ses mots pour dénoncer les relations tendues qui perdurent entre les gestionnaires de la Cabane chez Nathalie et les administrateurs de la Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc. Selon le conjoint de Nathalie Simard, la mairesse Josée Magny fait preuve d’une fermeture telle qu’il n’y a aucun moyen de s’entendre avec la Municipalité afin de permettre à l’établissement de présenter des spectacles autres que ceux offerts par les chansonniers durant les repas de cabane à sucre. Devant cette fermeture, les propriétaires de la cabane, dont Mme Simard, vont se départir des installations acquises en septembre 2014.

«Il n’y a pas de terrain d’entente avec la Municipalité, déplore M. Guay, en entrevue mercredi avec Le Nouvelliste. On va régler le dossier. Je suis en train de discuter avec un agent immobilier. On vend, dû au manque de collaboration avec la Municipalité de Saint-Mathieu. Tous les problèmes de l’entreprise partent de la Municipalité. Ça prend trop d’énergie. Nathalie a plein de projets pour sa carrière et on va mettre le focus là-dessus.»

M. Guay voudrait développer l’entreprise en offrant des activités complémentaires à l’exploitation d’une érablière. Cette possibilité n’existe pas, de toute évidence.

«On ne peut rien faire: pas de mariage, pas de karaoké, pas de spectacles non plus. Ça fait trois ans et demi qu’on se bat. Peut-être qu’avec un autre propriétaire, ça va mieux aller.»

Le bras de fer repose sur la réglementation en matière de zonage agricole. Sise dans cette zone, la cabane à sucre ne peut présenter de spectacles. La Commission de la protection du territoire agricole du Québec a émis en novembre une ordonnance empêchant la cabane à sucre d’aller dans cette direction. Le seul moyen de contourner l’ordonnance est que la Municipalité fasse une demande d’exclusion de la zone agricole, ce que refuse le conseil afin de préserver l’intégrité de sa courte zone agricole.

Voilà pourquoi Lévis Guay avait mandaté il y a quelque temps Me Marc Michaud afin de trouver une façon de s’entendre avec la CPTAQ. La volonté du procureur de contacter la Municipalité n’aboutit à rien, selon M. Guay.

«Me Michaud n’a aucun retour de la Municipalité. La mairesse ne veut rien savoir. On a droit à des chansonniers, mais pas à des spectacles de Nathalie Simard, pas de spectacles avec des gros noms. Mais quelle est la différence entre un chansonnier et un spectacle? La ligne est très mince. M. McManus (Claude, l’ancien maire) nous laissait faire nos activités. On n’a jamais eu de plaintes pour des spectacles. Mais depuis qu’elle (Josée Magny) est entrée (à la mairie, en novembre 2017), on a des problèmes. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. C’est incompréhensible comme situation. On dirait une vengeance personnelle», croit M. Guay.

Nathalie Simard a préféré ne pas commenter la situation de son entreprise, mercredi.

Selon ce dernier, Mme Magny travaillait il y a quelques années dans un restaurant qui présentait des soirées karaoké. Ces soirées auraient connu une baisse de popularité lorsque la Cabane chez Nathalie a commencé à offrir le même produit.

La décision de vendre la cabane à sucre n’a pas été prise de gaieté de cœur, assure Lévis Guay.

«On a rénové la cabane de A à Z. C’est une belle création de Nathalie et de moi. On est fier de notre entreprise. On se voyait à notre retraite avec cette entreprise.»

M. Guay plaide que son entreprise aurait pu obtenir un meilleur appui de la Municipalité, d’autant plus qu’elle attire de nombreux visiteurs provenant d’un peu partout au Québec et même du Nouveau-Brunswick, comme c’était le cas en fin de semaine avec le spectacle de Nathalie Simard.

spectacles déplacés
Parlant de spectacles, la programmation sera maintenue même si la cabane à sucre sera mise en vente dans les prochains jours. Afin de respecter l’ordonnance d’interdiction de la CPTAQ, la direction de la Cabane chez Nathalie a présenté samedi à Espace Shawinigan le spectacle de Nathalie Simard. Elle avait au préalable servi les quelque 225 personnes pour la partie souper de la soirée.

Il est presque certain que tous les autres spectacles auront lieu à cet endroit, à moins que Lévis Guay ne trouve une salle ayant déjà des équipements de sonorisation et d’éclairage. Cette option diminuerait les coûts supplémentaires que doit absorber la Cabane chez Nathalie en raison du changement obligé du lieu des spectacles.

«Ce n’est plus une question d’argent, mais de respect envers les gens qui veulent voir Nathalie, Marjo et Guylaine (Tanguay). Même si on fait des pertes, on respecte le client.»

Si jamais les prochains spectacles avaient lieu ailleurs qu’à Espace Shawinigan, les informations seront communiquées sur la page Facebook de la Cabane chez Nathalie.

Le Nouvelliste n’a pu joindre la mairesse de Saint-Mathieu afin d’obtenir sa version des faits.