La boisson FCKD UP, d'un format de 568 ml, contient 11,9 % d'alcool et se vendait moins de 4 $.

La boisson FCKD UP toujours disponible dans certains dépanneurs

OTTAWA — La boisson FCKDUP est toujours disponible dans certains dépanneurs du Québec deux semaines après que le groupe Geloso eut annoncé qu'il cessait sa production et la retirait des tablettes.

Le député Luc Thériault en a fait la démonstration mardi lors d'un point de presse dans le foyer de la Chambre des communes en mettant une canette achetée la veille bien en vue sur son lutrin.

Un porte-parole du Groupe Geloso a indiqué que l'arrêt de production de la boisson annoncé le 4 mars a été immédiat, mais que le retrait du produit des tablettes prend quelques semaines. Entre-temps, certains détaillants peuvent continuer à écouler leurs stocks puisqu'il s'agit d'un produit tout à fait légal.

Une preuve que la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, devrait suspendre la vente de ce type de boissons sucrées, énergisantes et alcoolisées, toutes marques confondues, jusqu'à l'entrée en vigueur de son nouveau règlement pour les encadrer, selon Luc Thériault, qui est revenu à la charge mardi.

Le Groupe parlementaire québécois, dont il fait maintenant partie, avait demandé une telle suspension la veille sans succès.

«La loi permet à la ministre d'agir immédiatement, a-t-il souligné. Qu'est-ce qu'elle attend pour agir par arrêté d'urgence?»

M. Thériault a fait valoir que la ministre peut prendre un arrêté d'urgence en vertu de la Loi sur les aliments et drogues si elle «estime qu'une intervention immédiate est nécessaire afin de parer à un risque appréciable — direct ou indirect — pour la santé, la sécurité ou l'environnement».

La ministre Petitpas Taylor a confirmé lundi que Santé Canada réduira la teneur en alcool et le format de ces boissons qui peuvent contenir l'équivalent de quatre verres de vin. Une consultation de 45 jours a été lancée pour modifier le Règlement sur les aliments et drogues. Le Groupe Geloso prévoit y participer.

«C'est long»

«C'est long une réglementation, a fait valoir Luc Thériault. [Il y a] sept à dix jeunes par jour qui vont s'intoxiquer, qui vont être admis, pour certains, en danger de mort.»

Il cite les chiffres fournis par l'Institut national de la santé publique du Québec, selon lesquels 2300 jeunes de 12 à 24 ans ont été transportés à l'urgence pour une intoxication aiguë à l'alcool entre le 1er janvier et le 26 novembre 2017.

Questionnée à sa sortie de la Chambre des communes, la ministre Petitpas Taylor s'est dite très préoccupée par ce problème et a réitéré qu'elle voulait intervenir rapidement. Elle estime toutefois que la suspension de la vente des boissons sucrées alcoolisées pourrait avoir des effets inattendus.

«Parfois lorsqu'on fait des interdictions vite, il pourrait y avoir d'autres produits qui tombent dans cette catégorie-là qui n'étaient finalement pas le target du tout, a-t-elle expliqué. Donc, il faut quand même prendre une décision réfléchie et c'est ce que j'ai demandé à mon ministère de faire.»

La réaction de Santé Canada survient un peu plus de deux semaines après la mort tragique d'Athena Gervais, 14 ans, à Laval. Son corps avait été retrouvé dans un ruisseau derrière son école secondaire quelques jours après sa disparition. Selon des témoignages, elle aurait consommé des canettes de FCKDUP. Cette boisson dans un format de 568 ml contient 11,9 % d'alcool et se vendait moins de 4 $.