Le chef des opérations de la Cryobanque, Roger Bull, soulève un contenant d’échantillons d’ADN refroidi à -170°C.

La banque d’ADN du Canada à Gatineau

C’est une véritable bibliothèque d’échantillons de tissus animaux et végétaux qui sera bâtie au cours des prochaines années, à Gatineau.

L’infrastructure est désormais en place à l’édifice de recherche et des collections du Musée canadien de la nature, situé sur le chemin Pink dans le secteur du Plateau. Grâce à un don de la famille de l’homme d’affaires Ross Beaty, le Musée a pu se procurer six congélateurs cylindriques qui permettront, à terme, de conserver environ un million d’échantillons.

Ces congélateurs gardent leur contenu à -170 °C grâce à un système de refroidissement à l’azote liquide.

« À cette température très basse, les mouvements moléculaires sont presque entièrement stoppés, ce qui fait en sorte que les molécules ne se dégradent pas. Ça signifie, pour les prochains siècles à venir, que l’ADN sera préservé comme il l’est actuellement », explique le chef des opérations de la Cryobanque nationale canadienne de la biodiversité, Roger Bull.

Début d’une vaste collection
Le député fédéral de Pontiac, Will Amos, s’est enthousiasmé de cette annonce, mardi, affirmant que ces nouveaux outils feront de sa circonscription et de la Ville de Gatineau un « épicentre pour la recherche en biodiversité ».

Si le potentiel est là, pour l’instant, la variété d’échantillons est encore à construire. Le succès de la Cryobanque dépend de la collaboration de chercheurs partout au pays.

Pour l’instant, les congélateurs préservent des échantillons accumulés au fil des années par le Musée canadien de la nature et une collection qui appartient à Parcs Canada. Le scientifique en chef de cette organisation, Gilles Seutin, ne doute pas que la Cryobanque nationale atteindra son potentiel.

« Cet équipement, c’est fantastique. J’ai travaillé sur des questions d’évolution moléculaire depuis les années 1980 et c’est à faire mourir d’envie n’importe qui, planétairement, qui est dans le domaine. »


«  C’est à faire mourir d’envie n’importe qui, planétairement, qui est dans le domaine.  »
Gilles Seutin

Le collecteur de la collection des vertébrés du Musée canadien de la nature, Kamal Khidas, était chargé de rapatrier la collection de 7000 échantillons de Parcs Canada. Il a misé sur les qualités de l’équipe et des infrastructures du Musée pour convaincre Parcs Canada. Il explique que la Cryobanque fonctionnera essentiellement comme une bibliothèque accessible à tous les chercheurs.

« Nous sommes le musée national, nous avons le savoir-faire pour préserver le patrimoine naturel et nous avons le mandat. Nous avons les ressources qu’il faut pour exploiter et mettre à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale tous ces échantillons », insiste M. Khidas.

Ceux qui souhaitent voir en personne les congélateurs cylindriques pourront le faire le 13 octobre prochain durant les portes ouvertes de l’édifice de recherche et des collections du Musée canadien de la nature, habituellement fermé au public.