Justice et faits divers

Encore plusieurs jours pour restaurer l’électricité à Ottawa

Les dommages causés aux infrastructures électriques par la tornade de vendredi «sont aussi importants sinon pires que la tempête de verglas de 1998», a affirmé la direction d’Hydro Ottawa, samedi.

Plus de 147 000 abonnés d’Hydro Ottawa étaient toujours privés d’électricité à 10 h, samedi, en raison de quelque 200 pannes dans la capitale. Dans certains cas, il faudra plusieurs jours avant que l’électricité soit rétablie.

«Une grande partie de ces pannes sont reliées à la perte d’approvisionnement en électricité venant d’Hydro One. La station Merivale a subi des dommages considérables et ne fonctionne pas. Ça va prendre plusieurs jours avant de la remettre en état de marche», a expliqué le président-directeur général d’Hydro Ottawa, Bryce Conrad, lors d’une conférence de presse tenue samedi matin avec le maire d’Ottawa, Jim Watson, le gestionnaire Sécurité et gestion des mesures d’urgence, Pierre Poirier, le directeur des Services de protection et d’urgence, Anthony Di Monte, et le chef de police, Charles Bordeleau.

Des centaines de feux de circulation à Ottawa étaient hors service, samedi, et des hôpitaux de la région devaient fonctionner à l’aide de génératrice en raison des pannes électriques.

Jim Watson était maire de l’ancienne Ville d’Ottawa lors de la crise du verglas. Il a précisé samedi que la tempête avait eu des répercussions majeures à la grandeur de la ville alors que la tornade de vendredi, bien qu’ayant causé d’importants dégâts dans l’ouest et le sud de la capitale, «n’a pas entraîné la fermeture complète de la ville».

«Je dirais certainement que la tornade se hisse parmi les deux ou trois plus importants événements traumatisants qui ont affecté notre ville», a indiqué M. Watson, précisant que le secteur Dunrobin a l’air d’avoir été la cible d’une bombe.

Les autorités ottaviennes ont prévenu les sinistrés que le processus de vérification de la structure d’une maison endommagée sera long.

«C’est un processus très méticuleux afin de nous assurer de la sécurité du public», a souligné M. Poirier.

La tornade a fait environ 25 blessés à Ottawa. Six personnes ont été transportées à l’hôpital pour des traumatismes. Les autorités n’avaient rapporté aucune mortalité associée à la tornade, samedi.

Justice et faits divers

Tornade: Couillard, Legault, Lisée et Massé débarqueront à Gatineau

Les autorités municipales continuent de mettre les bouchées doubles, samedi matin, afin de permettre à un plus grand nombre de sinistrés de regagner leur domicile le plus rapidement possible.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué que les pompiers ont travaillé toute la nuit afin de sécuriser le secteur touché, vendredi, par le passage de la tornade de catégorie 2 dans le secteur du Mont-Bleu. «Ils ont classifié les édifices par degré de dangerosité, dit-il. Il y a des édifices où les gens pourront retourner, d’autres où ils pourront retourner chercher des effets personnels, mais sans pouvoir y demeurer, et certains bâtiments sont trop dangereux pour même y avoir accès.»

Au courant de la journée, les sinistrés seront rencontrés par les autorités afin de leur indiquer la marche à suivre pour réintégrer leur logement. «On est en train de planifier cette opération, on va leur expliquer la mécanique et ce qui va se passer dans les prochains jours.» Le maire précise avoir un portrait provisoire de la situation, mais la Ville n’est pas encore disposée à en dévoiler les détails.

Quatre chefs en ville

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le ministre de la Sécurité publique sont attendus au Cégep de l’Outaouais vers 10h. Ils rencontreront les autorités municipales pour avoir un portrait de la situation. Une visite du quartier touché est ensuite prévue. Les sinistrés devraient obtenir plus d’information quant à l’aide gouvernementale qui pourrait être disponible. 

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, celui de la Coalition avenir Québec, François Legault, ainsi que la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, doivent aussi débarquer à Gatineau au cours de la journée. M. Lisée est attendu aussi en avant-midi, tandis que les détails ne sont pas encore connus pour M. Legault. Les trois chefs de partis feront ainsi une trêve dans leurs activités de campagne afin de venir s’enquérir de la situation dans le Mont-Bleu. 

Changements climatiques

Le maire Pedneaud-Jobin, dont la ville a été particulièrement touchée par les éléments qui se déchaînent depuis un an voit dans ces événements une preuve de plus que les changements climatiques sont bien réels. «Les pluies diluviennes de juillet étaient dans les cinq pires depuis 90 ans, note-t-il. Les inondations du printemps 2017 sont les pires depuis qu’on prend des statistiques. Et là, on a une tornade de catégorie 2. Ceux qui disent que les changements climatiques n’existent pas ne vivent pas sur la même planète que les Gatinois.»

À VOIR AUSSI: La tornade en images

Justice et faits divers

Lendemain de tornade : les pannes d'électricité sont nombreuses et des centaines de personnes déplacées

Plus d’un quart de million d’abonnés des compagnies d’électricité dans la région de la capitale fédérale étaient toujours privés de courant samedi matin à la suite du passage dévastateur d’une tornade à Ottawa et à Gatineau, en fin d’après-midi, vendredi.

Au bilan de 11h, Hydro Ottawa rapportait qu'environ 145 000 clients étaient sans électricité en raison de 200 pannes sur son réseau. Dans l’Est ontarien, Hydro One avait plus de 53 000 clients à rebrancher tandis qu’en Outaouais les équipes d’Hydro-Québec s’affairaient à redonner l’électricité à 36 000 abonnés.

Les équipes des compagnies d’électricité sont à pied d’oeuvre afin de rebrancher les entreprises et les citoyens le plus rapidement possible. La chute de branches, d'arbres et de poteaux d'électricité par les forts vents, certaines rafales dépassant les 180 km/h, sont à l'origine des coupes de courant. Les pannes causent certains maux de tête aux automobilistes en raison de nombreux feux de circulation inopérants et de stations d’essence sans électricité.