Harvey Weinstein (centre) est escorté par des policiers après sa comparution à New York, lundi.
Harvey Weinstein (centre) est escorté par des policiers après sa comparution à New York, lundi.

Weinstein face à de nouvelles accusations

NEW YORK — De nouvelles accusations de nature sexuelle ont été déposées lundi contre Harvey Weinstein à Los Angeles, au moment où s’ouvrait à New York son procès pour inconduite sexuelle.

Le magnat déchu du cinéma hollywoodien est maintenant accusé d’avoir violé une femme et d’en avoir agressé sexuellement une autre lors d’incidents distincts survenus sur une période de deux jours à Los Angeles en 2013, a indiqué dans un communiqué la procureure du comté de Los Angeles, Jackie Lacey.

Mme Lacey a affirmé que «la preuve démontrera que l’accusé a utilisé son pouvoir et son influence pour avoir accès à ses victimes et commettre des crimes violents à leur endroit».

Weinstein aurait violé une femme dans une chambre d’hôtel le 18 février 2013, après être entré de force dans la pièce. La nuit suivante, il aurait agressé sexuellement une femme dans un hôtel de Beverly Hills. Cette femme devrait témoigner dans le cadre du procès à New York.

Le bureau du procureur de Los Angeles se penche toujours sur les allégations formulées par trois autres femmes, a dit Mme Lacey. Les procureurs ont abandonné les accusations de trois autres femmes, puisque le délai de prescription est échu.

Harvey Weinstein est passible de 28 ans de prison s’il est reconnu coupable des nouvelles accusations déposées à Los Angeles. Mme Lacey a expliqué qu’il devrait comparaître devant la justice californienne après son procès à New York.

Les actrices Rosanna Arquette et Rose McGowan ont tenu une conférence de presse à l’extérieur du palais de justice où s’est amorcé le procès du producteur de cinéma Harvey Weinstein, à New York, lundi.

Un procès très suivi

L’homme de 67 ans est arrivé au palais de justice de New York lundi appuyé sur une marchette à la suite d’une récente opération au dos, vêtu d’un habit sombre et avec les cheveux ébouriffés. Lorsqu’on lui a demandé comment allait son dos à l’extérieur de la salle d’audience, il a répondu avec un léger sourire et un geste de la main semblant signifier «plus ou moins bien».

À l’intérieur, ses avocats et ses procureurs ont passé la matinée à se disputer sur des questions de procédure, notamment sur la manière d’empêcher que la publicité entourant le procès puisse influencer le jury. Le juge a rejeté une requête visant à isoler les jurés tout au long du procès.

De l’autre côté de la rue, des actrices et d’autres femmes qui disent avoir été harcelées ou agressées sexuellement par Harvey Weinstein ont affirmé qu’il ne méritait la pitié de personne.

«Il avait l’air lâche. Il ne nous regardait pas. Il n’a pas fait de contact visuel», a affirmé Sarah Ann Masse, une actrice et chanteuse qui a affirmé que le producteur l’avait déjà harcelée sexuellement, alors qu’il n’était vêtu que de sous-vêtements, lors d’un entretien d’embauche. «Ce procès est un jugement culturel, indépendamment de son issue juridique», a-t-elle fait valoir.

L’audience a été brève et Harvey Weinstein a quitté les lieux vers 10h45, à bord d’un véhicule utilitaire sport.

Deux ans après #MoiAussi

La sélection du jury devrait commencer mardi, plus de deux ans après que les allégations ont été rendues publiques et catalysé le mouvement #MoiAussi.

Dans le cadre de ce procès, le producteur déchu est accusé d’avoir violé une femme dans une chambre d’hôtel à Manhattan en 2013 et d’avoir commis un acte sexuel forcé sur une autre femme en 2006.

Il a plaidé non coupable et a déclaré que toute activité sexuelle était consensuelle. S’il est reconnu coupable des accusations les plus graves retenues contre lui, soit deux chefs d’agression sexuelle prédatrice, Harvey Weinstein se verra imposer l’emprisonnement à perpétuité.

Pour que cela se produise, les procureurs devront démontrer qu’il avait l’habitude de violer des femmes. L’avocate de Harvey Weinstein, Donna Rotunno, a soutenu que la preuve était faible et a déclaré qu’elle prévoyait contre-interroger agressivement les accusatrices.