Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Val-des-Monts: un habit de pêcheur pour les pompiers

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une solution provisoire a été trouvée afin de rétablir temporairement le service de premiers répondants pour les appels médicaux par les pompiers de Val-des-Monts, soit le port d’habit de pêcheur lors des interventions.

Le 2 avril dernier, la Municipalité de Val-des-Monts suspendait temporairement le service à la suite d’un rapport de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Cette décision découlait d’une plainte de l’Association des pompiers et pompières de Val-des-Monts (APPVDM) à la CNESST concernant le port d’une jaquette médicale anti-éclaboussures s’arrêtant à mi-genoux. 

La pièce d’équipement avait été recommandée par le Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) au début de la pandémie pour les appels pouvant être liés à la COVID-19. Val-des-Monts avait alors interdit aux pompiers de porter leur uniforme régulier appelé bunker lors des appels médicaux. Val-des-Monts avait invoqué dans sa décision des enjeux liés au délai de nettoyage des bunkers et de la disponibilité d’habits de rechange. 

L'habit imperméable de pêcheur

Solution de 30 jours

Or, depuis vendredi dernier, le service de premiers répondants a été rétabli temporairement grâce à une solution de 30 jours acceptée par la CNESST, soit que les pompiers puissent revêtir un habit imperméable de pêcheur lors d’interventions médicales pour les protéger de liquides biologiques, a expliqué mercredi le vice-président Santé et sécurité de l’APPVDM, Samuel Sarault. 

L’un des problèmes avec les habits de pêcheur est qu’ils ne sont pas ajustés à la taille du pompier qui l’enfile, contrairement aux bunkers, a indiqué M. Sarault.

Les pompiers premiers répondants préfèrent revêtir leur bunker lors des appels médicaux afin de se protéger contre le sang, l’urine et les excréments, notamment.

La jaquette a été retirée des équipements.