Le conseiller Jeff Leiper

Une voie cyclable dangereuse, dit le conseiller Leiper

La sécurité des cyclistes est quotidiennement compromise à Ottawa, car ils sont constamment «pris en sandwich» par les automobilistes, déplore le conseiller municipal Jeff Leiper. Ce fervent cycliste, qui utilise régulièrement son vélo pour se rendre à l’hôtel de ville, demande qu’une séparation physique protège les cyclistes de la circulation motorisée.

Un autre cycliste a été happé mortellement, jeudi matin, dans la capitale. La victime a été grièvement blessée par un automobiliste, à l’intersection de la rue Elgin et de l’avenue Laurier Ouest, près de l’hôtel de ville.

L’homme, dans la cinquantaine, a succombé à ses blessures dans la même journée.

À cet endroit, un corridor vert réserve l’espace aux cyclistes. Comme ailleurs dans la ville d’Ottawa, ce corridor vert est souvent au milieu de deux voies régulières, où circulent les voitures, les camions et les motocyclettes.

À LIRE AUSSI: 

Mort d'un cycliste à Ottawa: une photo du conducteur diffusée

> Manifestation de cyclistes à Ottawa: «Ce n’est pas sécuritaire»

«C’est dangereux, dit le conseiller du quartier Kitchissippi. L’infrastructure pour les cyclistes au coin de Laurier et d’Elgin n’est pas sécuritaire. J’aimerais entendre les ingénieurs de la Ville à ce sujet. Selon moi, il faut une séparation physique de la voie cyclable.»

Mercredi soir, la veille du drame survenu devant l’hôtel de ville, le conseiller a emprunté ce même corridor à vélo. «Un automobiliste a décidé à la dernière seconde de tourner à gauche alors qu’il était dans la voie de droite. Il s‘est retrouvé au milieu de la voie cyclable, entre les deux voies pour véhicules à moteur. Ce qui est arrivé au cycliste (jeudi matin) aurait pu m’arriver, ainsi qu’à plusieurs autres.»

En 2016, Jeff Leiper avait une fois de plus pris la parole pour dénoncer le danger constant qui guette les cyclistes dans la capitale.

Une cycliste de 23 ans venait de perdre la vie, un jour de septembre, lorsqu’elle a été happée par un chauffeur de camion de construction, sur l’avenue Laurier, à l’intersection de la rue Lyon, au centre-ville.

«Assez, c’est assez!», avait lancé le conseiller, devant des dizaines de cyclistes préoccupés, qui s’étaient réunis à l’hôtel de ville pour l’occasion.

Le conseiller Leiper a relancé l’événement, jeudi. «C’est malheureux, mais il faut répéter le message.»