Le président du Complexe funéraire Le Sieur, Éric Le Sieur, affirme que l’individu ayant immortalisé la triste scène s’expose à des mesures judiciaires.

Une photo de la dépouille de la fillette sur les médias sociaux

Une photo de « la fillette de Granby » exposée dans son cercueil a abondamment circulé sur les médias sociaux, mercredi, alors que le salon funéraire a ouvert ses portes au public désirant lui rendre un dernier hommage.

En fin de journée, la photo a été partagée plus de 500 fois à partir de la page Facebook d’un internaute de Cowansville, identifié par une source comme étant l’auteur du cliché. L’internaute, dont on ignore les liens avec la fillette ou sa famille, indiquait également l’heure et l’endroit où se déroulerait la célébration funéraire de l’enfant, jeudi.

Certaines personnes ayant relayé l’image ont fait fi de l’ordonnance de non-publication — parfois volontairement à en lire leurs commentaires — interdisant d’identifier la fillette en la nommant, en l’appelant « la petite martyre de Granby » ou en évoquant le drame tragique qui lui a coûté la vie.

L’image a également été publiée sur la page Spotted Ville de Granby #1, mercredi midi. En raison d’un grand nombre de commentaires négatifs de personnes outrées de voir circuler une photographie aussi sensible, la publication a toutefois été retirée quelques minutes plus tard.

L’administrateur de la page a par la suite publié un message, affirmant avoir été la cible de menaces. Il a par la suite offert de faire suivre la photographie à quiconque lui écrivait un message privé pour la lui demander. Cette publication a été également effacée en milieu d’après-midi, mais pas avant que plusieurs personnes aient demandé à recevoir le cliché.

L’administrateur a par la suite publié des photos de peluches ayant été accrochées devant des résidences en guise d’hommage à la fillette, tout en la nommant par son prénom.

Authenticité contestée

Quelques personnes ont questionné l’authenticité de la photographie, doutant que l’enfant reposant dans le cercueil un chapelet aux mains soit bel et bien la fillette décédée la semaine dernière après avoir subi des sévices de la part de son père et de sa belle-mère.

Une recherche par image inversée a toutefois permis de déterminer que la photographie n’était pas tirée d’un site Internet quelconque, puisqu’aucune correspondance n’a résulté de nos démarches.

En fin de journée mercredi, le président du Complexe funéraire Le Sieur, Éric Le Sieur, a finalement confirmé l’authenticité de la photographie.

Il affirme que l’individu ayant immortalisé la triste scène s’expose à des mesures judiciaires. « C’est illégal de prendre une photo de n’importe quelle personne dans un cercueil. C’est la loi. Il pourrait être poursuivi pour avoir posé quelqu’un dans un cercueil et de l’avoir identifié », a-t-il indiqué à La Voix de l’Est.

Dans les jours suivant le décès de la fillette, plusieurs internautes avaient fait circuler des photographies de celle-ci où on pouvait la reconnaître. Parmi les clichés les plus controversés, notons des images de l’enfant sur son lit d’hôpital.

Ordonnance de non-publication

Plusieurs personnes se sont dites outrées de voir circuler une telle image, dont ils ont réclamé le retrait en plus de la signaler à Facebook. Ils ont rappelé à ceux qui l’ont partagée l’existence d’une ordonnance de non-publication émise par le juge Serge Champoux interdisant de diffuser des renseignements permettant d’identifier la victime, les accusés ou des témoins, qui auront à se rendre devant les tribunaux.

Cette ordonnance a été formulée en vertu de l’article 486.5 du Code criminel, rappelle Jean-Pascal Boucher, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), mais elle est aussi liée à la Loi sur la protection de la jeunesse puisque la victime et des témoins de l’affaire sont d’âge mineur.

Le Service de police de la Ville de Granby a indiqué à La Voix de l’Est avoir transmis le tout au DPCP et être en attente d’un avis officiel.