L'homme d'affaires Tony Accurso

Une juge doit décider si Tony Accurso pourra être remis en liberté

MONTRÉAL - Une juge de la Cour d’appel du Québec doit décider si l’homme d’affaires Tony Accurso pourra être remis en liberté en attendant son appel du verdict et de la sentence imposés en lien avec le stratagème de collusion à Laval.

Son avocat, Marc Labelle, a réclamé sa libération provisoire mardi matin.

Pour sa part, la Couronne a demandé au tribunal de laisser l’ex-entrepreneur derrière les barreaux pour ne pas miner la confiance du public dans le système de justice.

Mais l’avocat de M. Accurso a fait valoir que pendant toutes les procédures, son client était libre et n’avait jamais manqué à ses obligations.

De plus, une caution de 150 000 $ est offerte en garantie.

Me Labelle a aussi estimé que Tony Accurso doit demeurer en liberté pour soutenir ses enfants.

«Les enfants, les quatre, ont des compagnies, a précisé l’avocat. Il les aide à gérer leurs affaires, mais (ils ne) sont pas dans (l’industrie de la) construction, c’est vraiment de la «business».»

Une décision de la juge Manon Savard est attendue cette semaine dans ce dossier.

L’ancien magnat québécois de la construction a récemment été reconnu coupable de fraude, de complot pour fraude, de complot pour corruption et d’abus de confiance par un jury.

Jeudi dernier, le juge de la Cour supérieure James Brunton a octroyé une peine de quatre ans de pénitencier à M. Accurso.