Les autorités ne précisent pas si l’intervention s’est déroulée dans un motel, et s’en tiennent à parler d’une entreprise de l’avenue Tweedsmuir, dans laquelle la jeune fille se cachait à côté d’un lit.
Les autorités ne précisent pas si l’intervention s’est déroulée dans un motel, et s’en tiennent à parler d’une entreprise de l’avenue Tweedsmuir, dans laquelle la jeune fille se cachait à côté d’un lit.

Une adolescente agressée par un homme sauvée par la police

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
La police d’Ottawa a secouru une jeune fille dans un commerce de Westboro, à Ottawa, alors qu’elle était sous l’emprise d’un homme qui l’avait agressée sexuellement.

Les autorités ne précisent pas si l’intervention s’est déroulée dans un motel, et s’en tiennent à parler d’une entreprise de l’avenue Tweedsmuir, dans laquelle la jeune fille se cachait à côté d’un lit.

Un intervenant de la Société de l’aide à l’enfance (SAE) a alerté les policiers, jeudi.

Les agents de la paix ont reçu l’information voulant qu’une adolescente de 15 ans en détresse avait pris contact avec la SAE, demandant de l’aide.

« Vers 16 h 15, a indiqué un porte-parole de la police d’Ottawa, des agents de première ligne se sont rendus dans une entreprise située dans le pâté de maisons des 400 de l’avenue Tweedsmuir. Ils se sont entretenus avec un homme qui disait être seul à l’intérieur du local en question. Les agents y ont découvert la jeune victime, cachée à côté d’un lit. »

Selon l’enquête, la victime a séjourné à cet endroit entre le 21 et le 23 janvier.

L’Unité des agressions sexuelles et de la violence faite aux enfants de la police d’Ottawa a accusé Michel Levesque, 35 ans, d’Ottawa, d’agression sexuelle d’une personne de moins de 16 ans, de contacts sexuels et d’incitation à des contacts sexuels.

Il a comparu vendredi au palais de justice d’Ottawa.

Les enquêteurs craignent qu’il y ait d’autres victimes dans cette affaire. 

Par communiqué, vendredi, la police a répété qu’elle respectera toute volonté d’une victime à se rendre ou non devant les tribunaux.

Toute personne ayant des renseignements sur des situations semblables peut communiquer avec l’Unité des agressions sexuelles et de la violence faite aux enfants de la police d’Ottawa au 613-236-1222, poste 5944.