Un jeune homme qui a «remercié» ses bons Samaritains à coups de bâton de baseball vient d’être reconnu coupable de six importants chefs de voie de fait, à Gatineau.
Un jeune homme qui a «remercié» ses bons Samaritains à coups de bâton de baseball vient d’être reconnu coupable de six importants chefs de voie de fait, à Gatineau.

Un «remerciement» à coups de bâton de baseball

Un jeune homme qui a «remercié» ses bons Samaritains à coups de bâton de baseball vient d’être reconnu coupable de six importants chefs de voie de fait, à Gatineau.

Une mise en scène aussi bizarre que troublante - et un malheureux hasard - ont fait se rencontrer l’accusé Ralph Louis-Jean et trois hommes sans histoire, il y a quatre ans.

Dans sa décision, la juge Alexandra Marcil résume l’attitude de l’accusé le soir du 9 avril 2016.


« Il est resté de 15 à 30 minutes avant que les trois hommes lui demandent de quitter les lieux. »
La juge Alexandra Marcil

De retour d’une soirée au restaurant, les trois victimes se sont réunies chez l’une d’elles pour un dernier verre. En fin de soirée, un parfait inconnu a sonné à la porte et demandé d’utiliser un téléphone.

Le résident a gentiment accepté d’aider ce passant, avant de le regretter amèrement.

«Il est resté de 15 à 30 minutes (dans la résidence) avant que les trois hommes lui demandent de quitter les lieux», résume la juge Marcil. Le comportement du passant inconnu était pour le moins inhabituel. Après avoir fait deux courts appels, il est resté dans la résidence pendant de longues minutes, alors que le trio d’amis se tenait près de l’îlot de la cuisine, dubitatif.

«Après quelque temps, explique la magistrate, les amis étaient ennuyés par la présence de l’inconnu et lui ont demandé de quitter l’endroit. L’inconnu ne voulait pas partir et les trois hommes l’ont pressé de s’en aller en le conduisant à l’extérieur. L’un d’eux l’a agrippé par le bras pour lui montrer la porte.»

Une courte engueulade de deux minutes a éclaté dans la rue.

Frustré, le suspect Ralph Louis-Jean les a menacés de revenir régler ses comptes, ce qu’il a fait une heure et demie plus tard, en fracassant la vitre de la porte-fenêtre du résident.

Avec un complice, M. Louis-Jean s’est rué sur les trois victimes avec un bâton de baseball. Un troisième homme accompagnant l’accusé aurait observé la scène en se tenant à l’écart «à une cinquantaine de pieds».

Les trois hommes ont subi des blessures.

La juge Marcil a cru les trois victimes. Le tribunal estime qu’elles ont eu le temps d’observer M. Louis-Jean le soir du crime, leur permettant de bien l’identifier lors d’une parade de suspects au poste de police.

Ralph Louis-Jean, reconnu coupable de trois chefs de voie de fait armé, et de trois chefs de voie de fait causant des lésions, doit revenir devant la justice pour connaître sa peine.