Au moment de son arrestation, Joey Gauthier-Langlois voulait emporter une paire de souliers qui contenaient 28,5 grammes de cannabis, des allumettes et du papier à rouler, a souligné la juge Anouk Desaulniers.

Un rappeur gatinois tente d'entrer en prison avec du cannabis dans ses souliers

Un Gatinois qui vante son mode de vie marqué par l’argent et la délinquance sur YouTube a été arrêté dans des circonstances un peu moins glamour, cet automne.

Dans ses vidéos et ses chansons rap, Joey Gauthier-Langlois, 25 ans, se plaît à dire qu’il trap. Cette expression signifie, dans le jargon, ne rien faire et vendre de la drogue. Trap, prononcé à l’anglaise, est aussi un des nombreux dérivés musicaux du style rap.

Dans le cadre de l’enquête Purifier, l’Escouade régionale mixte de l’Outaouais (ERM) a effectué une frappe nocturne à la résidence de ce dernier, le 19 novembre.

Le résumé des faits déposé jeudi, lors du plaidoyer de culpabilité de l’individu, explique comment l’arrestation s’est déroulée.

« Il est à noter que lors de l’entrée des policiers dans son domicile pour effectuer la perquisition, l’accusé (était) caché avec son cellulaire dans un garde-robe de rangement attenant au salon, couché en boule, vêtu de seulement ses sous-vêtements. Il s’est habillé à la demande des policiers et a été conduit directement au palais de justice de Gatineau pour comparaître (pour bris de probation dans un dossier précédent). »

Du pot dans les souliers

Les préoccupations vestimentaires du système judiciaire envers l’accusé ne s’arrêtent pas là.

Le suspect a alors choisi une paire de souliers bien spéciale parmi les nombreuses autres qu’il avait en sa possession, à sa résidence.

Il a, en quelque sorte, exécuté ce qu’il rapait dans un de ses vidéoclips. « Si j’rentre là-bas (en prison) y a déjà de la drogue dans mes semelles. »

La juge Anouk Desaulniers, de la Cour du Québec, a rappelé que les forces constabulaires avaient effectivement saisi 28,5 grammes de cannabis et du papier à rouler dissimulés dans ses espadrilles, lorsqu’il s’est présenté au palais de justice de Gatineau. L’artiste avait même pris la peine d’inclure des allumettes dans ces mêmes espadrilles.

« L’accusé fait l’apologie » de son mode de vie, a résumé la magistrate. Dans l’une de ses productions vidéo, le principal intéressé pose avec des armes à feu, des joints de toutes sortes, arbore des bandeaux rouges, et répète « on trap ».

Joey Gauthier-Langlois a rapidement plaidé coupable, moins d’un mois après son arrestation pour possession de drogue dans le but d’en faire le trafic, bris de probation et possession d’armes prohibées. Il a reçu une peine d’emprisonnement d’un an et demi (545 jours, moins 45 jours de détention préventive), jeudi, selon une proposition commune de la Couronne et de la défense.

Deux armes à feu tronçonnées de calibre .20 et .22 ont été saisies dans le cadre de l’enquête. Elles ne seront pas détruites immédiatement, car les coaccusés de M. Gauthier-Langlois n’ont toujours pas subi leur procès.

Le groupe, que les policiers lient aux Hells Angels, était actif dans la Petite-Nation et les Laurentides, selon l’ERM.

+

Un rapeur accusé de traite de personnes

Un rapeur de la Nouvelle-Écosse qui vante son gang sur YouTube passera Noël derrière les barreaux, à Gatineau.

Junniko Lavert Beals, 23 ans, est accusé de traite de personnes. Il a été arrêté par la police de Gatineau cet automne, après qu’une de ses présumées victimes ait fui une résidence du Plateau.

Junniko Lavert Beals utilise le nom d’artiste Moneybealz sur la plateforme YouTube, il arbore fièrement une arme de poing, se vante de contrôler des filles, et pose avec d’autres membres de son gang nommé Loyal To The Family (LTF).

Jeudi, il a dit qu’il avait composé de telles chansons afin d’avertir les gens «qu’il y a d’autres possibilités» de mener sa vie.

Le tribunal a pris en délibéré sa décision sur sa libération provisoire.

LTF revendique le territoire de North Preston, un secteur de la Nouvelle-Écosse fortement criminalisé. L’accusé aurait tenté d’étendre ses activités en Outaouais.