Christine MacNeil a été tuée dans une chambre de l’hôtel Four Points Sheraton, le 19 octobre 2015.

Un présumé meurtrier a offert ses condoléances à la famille éplorée

Un procès pour meurtre prémédité, à Gatineau, laisse entendre qu’un des deux suspects s’est rendu à la chapelle mortuaire de sa victime, et a offert en personne ses condoléances aux proches endeuillés.

La victime, Christine MacNeil, 25 ans, a été abattue dans une chambre de l’hôtel Four Points Sheraton du Vieux-Hull, le 19 octobre 2015.

Le 23 octobre suivant, Emilio Spezzano, l’ex-conjoint de la défunte, s’est présenté à la maison funéraire du secteur Vanier, où reposait la dépouille de sa présumée victime, quatre jours avant les funérailles officielles.

Un policier de Gatineau récemment a témoigné de cette journée de filature, au palais de justice de Gatineau.

L’agent a raconté au jury que M. Spezzano, l’ex-conjoint de la défunte, s’était rendu à la chapelle à bord de sa Mercedes grise, avant de filer à Montréal, pour prendre une cuite avec son présumé complice, Blake Dooley.

Après avoir fait l’accolade à quelques proches, l’après-midi du 23, M. Spezzano est resté dans la maison funéraire pendant environ une heure et demie.

De retour chez lui, et toujours sous surveillance policière, M. Spezzano a embarqué l’autre suspect, Blake Dooley, dans sa Mercedes.

Vers 18 h 30, les deux hommes ont pris la direction de Montréal, en s’arrêtant en chemin, pour acheter un café et fumer une cigarette, sur la montée Lavigne, à Rigaud.

Arrivés à Montréal à 20 h 27, les deux suspects ont entamé une tournée dans des bars et des restaurants, sur les rues Sherbrooke et Notre-Dame.

Les deux hommes sont sortis du dernier pub au petit matin « en ébriété avancée », selon le même policier.

Les suspects ont passé la nuit dans un motel situé à proximité de la rue Sherbrooke.

La police de Gatineau a procédé à au moins 80 missions de filature pour résoudre cette affaire.

Blake Dooley a été arrêté en février 2016, et Emilio Spezzano, quatre mois plus tard.

« Salaud ! »

La semaine dernière, le concierge du Four Points a raconté sa version du meurtre, dans ce procès commun des deux accusés.

Le soir du 19 octobre 2015, Yves Langlois travaillait au quatrième étage de l’établissement, lorsqu’il a vu passer une femme, puis « une silhouette », une minute plus tard.

L’individu mystérieux portait des vêtements foncés. L’avocat de la défense, Me Sean May, a confirmé avec le témoin qu’il n’avait pas reconnu de trait physique précis chez cette personne.

« J’ai entendu crier ‘No !’, et il y a eu un coup de feu, a toutefois raconté le témoin. Il y a eu quelques secondes entre les deux coups de feu. J’étais saisi. »

Le concierge a entendu une chicane provenant d’une des chambres, au fond du couloir. « Et j’ai entendu ‘Fuc*** Bastard ! Go to hell (Ost*** de salaud ! Va en enfer !) et ensuite ‘No ! Jake!’ »

Le bruit d’un coup de feu a retenti.

L’employé a cherché refuge dans un local réservé à l’entreposage.

Le meurtre s’est produit peu après 20 h.

Selon la Couronne, Emilio Spezzano n’a pas digéré que son ex fréquente un autre homme. La jeune femme, qui avait repris ses activités d’escorte, avait donné rendez-vous à un « client » dans cette chambre. Or, ce « client » était, toujours selon le ministère public, un homme qu’elle connaissait bien, soit Blake Dooley.

M. Dooley aurait, selon la Couronne, accepté une sorte de contrat de son ami Emilio Spezzano.