Le pont Kelly a été construit en 1923, il s'agissait du deuxième plus vieux pont couvert de l'Outaouais.

Un pont couvert brûle à Low

Le second pont couvert de bois le plus ancien de l’Outaouais, le pont Kelly de Low, a été détruit samedi soir dans un incendie d’origine suspecte.

« C’est vraiment d’une grande tristesse de voir qu’on perd encore un pont couvert », déplore le président de la Société d’histoire de l’Outaouais, Michel Prévost.

La Sûreté du Québec (SQ) mène une enquête pour établir ce qui a causé la perte de cette infrastructure routière construite en 1923. 

La SQ a été appelée en renfort des pompiers aux alentours de 18h, samedi soir. Lorsque des agents sont arrivés sur les lieux, les pompiers combattaient déjà le brasier, selon le sergent Claude Denis de la SQ. Une fois les flammes éteintes, l’enquête a été transférée aux policiers puisque l’origine de l’incendie est suspecte.

Le pont Kelly, situé sur le chemin du lac Pike, est désormais impraticable, en raison du sinistre. Un détour d’environ 15 minutes est en place pour les automobilistes.

Selon M. Prévost, les ponts couverts en bois sont des témoins de notre histoire. Plusieurs ont été construits durant les années 30, après la crise financière, alors qu’on tentait de coloniser de nouveaux territoires.

« Les ponts étaient construits en bois et ils étaient couverts pour protéger le tablier. S’il n’était pas protégé, le pont durait à peine 25 ans, explique l’historien. Ce n’était pas par beauté, pour des fins touristiques. C’était vraiment pour des fins pratiques. »

À une certaine époque, il y en avait plus de 1000 au Québec et il en reste moins de 90 aujourd’hui, souligne l’historien. Des incendies criminels sont souvent à l’origine de la disparition de ces infrastructures, comme ç’a été le cas du pont de Bowman, classé monument historique, détruit dans les années 90.

« Le premier pont couvert brûlé qui est documenté, c’est celui de Val-des-Monts, en 1970. C’était un des plus longs au Québec avec ses 142 mètres », raconte Michel Prévost.

Sur son site web, la municipalité de Low indique que les élus se pencheront sur l’avenir du pont au cours des prochains jours.