Un policier gatinois coupable d'utilisation illégale d'un ordinateur

Un policier de Gatineau a plaidé coupable d’avoir utilisé une base de données de l’organisation à des fins personnelles.

Nicolas Marceau a plaidé coupable, mercredi, au palais de justice de Gatineau. Sa sentence sera rendue à une date ultérieure, puisque le juge ayant entendu l’affaire a pris le dossier en délibéré.

Selon l’enquête, le policier a consulté « à de multiples reprises » des ordinateurs du SPVG, à des fins personnelles entre le 5 février 2014 et le 29 juin 2016 ».

« Il est formellement interdit aux policiers et aux employés des services de police ou d’autres organisations judiciaires de consulter des bases de données policières par curiosité ou dans le but d’obtenir des renseignements à des fins personnelles, mentionne la responsable des communications du SPVG, Mariane Leduc. Ces systèmes doivent être utilisés strictement à des fins policières ou d’application de la loi. »

M. Marceau pourra se soumettre à une audition disciplinaire, à la suite de laquelle le comité de discipline déterminera s’il accepte les circonstances particulières présentées.

Cette décision disciplinaire pourra déterminer si le policier est en mesure de garder son travail, ou s’il doit être destitué, selon la gravité de la faute reprochée.

M. Marceau a été accusé en mars 2017, après une enquête interne du SPVG.

Une information du public avait lancé le bal. 

Monsieur Marceau est demeuré suspendu avec solde depuis son arrestation, le 29 juillet 2016. Le statut administratif de M. Marceau a été révisé par la suite.

Il est suspendu sans solde depuis le 26 avril 2017, selon une décision du conseil municipal.