Le Droit a appris qu’un résident d’Otter Lake est accusé de méfait pour avoir volontairement fait dévier l’enquête policière sur l’accident qui a tué une Gatinoise, qu’on croyait alors être la conductrice.

Un passager qui n’en était pas un, selon la police

Un homme qui disait n’être qu’un simple passager, après un accident mortel survenu en Outaouais, l’an dernier, aurait caché la vérité aux policiers. Le Droit a appris qu’un résident d’Otter Lake est accusé de méfait pour avoir volontairement fait dévier l’enquête policière sur l’accident qui a tué une Gatinoise, qu’on croyait alors être la conductrice.

Le 10 avril 2018, la police de la MRC des Collines déplorait le décès d’une Gatinoise de 26 ans, sur la route 148, dans le secteur Quyon, à Pontiac.

Le véhicule a fait une violente embardée, et celui qu’on croyait être le passager, a survécu.

Ce survivant, Christopher Bérubé, 29 ans a comparu pour méfait public, mercredi.

Selon les documents judiciaires, l’homme a volontairement induit une policière en erreur, en disant que la jeune femme décédée était celle qui conduisait.

Les expertises ont déterminé qu’il était impossible que la femme soit au volant, au moment de l’embardée.

La victime a été éjectée du véhicule, alors que l’homme est resté dans l’habitacle, sens dessus dessous.

En étudiant les sièges des voitures, les ceintures de sécurité, et la façon dont les victimes ont été secouées, les experts ont conclu qu’il était impossible que la femme soit au volant, a-t-on appris.

Ces éléments de preuves semblent au cœur de la preuve de la Couronne.

Un seul chef d’accusation apparaît au dossier de Christopher Dubé dans cette affaire.

Il semble que la police de la MRC des Collines ne sera pas en mesure, à court terme, de déposer des chefs de conduite dangereuse causant la mort ou de conduite avec les capacités affaiblies causant la mort.

En 2018, il était interdit à Christopher Bérubé de conduire un véhicule à moteur. Par ailleurs, l’accusé compte plusieurs dossiers de non-respect d’engagement du tribunal, au cours de dernières années.

À l’époque, on disait du « passager » qu’il avait été transporté à l’hôpital en état de choc. La police ne parlait alors que de deux personnes impliquées.

L’avocat de la défense, Me François Boisvert, s’est entendu avec la Couronne pour libérer son client de façon provisoire, en échange d’une caution de 1000 $.

L’individu a d’autres dossiers actifs au palais de justice de Gatineau, mais ceux-ci ne concernent pas la présente affaire.