Bridget Thornton, Pamela Moxon and Lori Wheeler font partie de l'action collective lancée contre Pierre Charles Wust.

Un massothérapeute de Fredericton aurait filmé une centaine de clientes dévêtues

FREDERICTON - Une demande d’autorisation d’exercer une action collective a été déposée contre un massothérapeute de Fredericton qui aurait filmé secrètement une centaine de clientes plus ou moins vêtues.

Les vidéos ont été découvertes par l’exécuteur testamentaire de la succession de Pierre Charles Wust après sa mort en janvier. Aucune accusation n’a été portée dans cette affaire.

Les documents, déposés jeudi devant la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick, affirment que M. Wust a filmé des clientes à leur insu de 2008 à 2017, notamment des mineures.

La police de Fredericton a seulement indiqué qu’elle enquêtait sur une plainte de voyeurisme contre une personne décédée et qu’il n’y avait plus de risque pour le public.

Le Collège des massothérapeutes du Nouveau-Brunswick a embauché son propre enquêteur privé, qui a déterminé qu’aucun autre thérapeute, actuel ou ancien, n’était au courant de la conduite de M. Wust.

Jolanta Kurz, qui était propriétaire du centre de massothérapie Myoflex lorsque M. Wust y travaillait, a déclaré jeudi qu’elle n’était pas au courant des enregistrements présumés.

Pamela Moxon et Bridget Thornton, deux des clientes de M. Wust, ont expliqué avoir décidé de se faire connaître pour représenter les plaignantes, après que la police leur eut montré des vidéos d’elles-mêmes enregistrées à leur insu.

L’avocat John McKiggan et les deux femmes exhortent d’autres clientes de M. Wust à se présenter à la police et au cabinet d’avocats pour se joindre à l’éventuelle action collective.