Les pompiers ont dû intervenir au 251, rue Donald tôt mercredi matin.

Un incendie force l'évacuation de résidents par les balcons à Ottawa

Plus d'une vingtaine de personnes ont été incommodées par la fumée tôt mercredi matin dans un incendie survenu dans un édifice à logements de 21 étages à Ottawa.

Les pompiers sont intervenus peu après 5h au 251, rue Donald, après que de nombreux appels aient été faits au 911. En l'espace d'une demie-heure, l'ampleur du feu et de la superficie de l'immeuble ont forcé le déclenchement d'une deuxième et d'une troisième alarme par le Service des incendies d'Ottawa.

Plus de 200 locataires ont rapidement été évacués.

Au total, 25 personnes ont été traités par les paramédics pour inhalation de fumée et des complications reliées à leur condition de santé. Huit d'entre elles ont été transportées à l'hôpital dont une dans un état jugé sérieux car elle souffre de graves problèmes pulmonaires.

Fait à noter, un concours de circonstances a fait en sorte qu'une femme dans la cinquantaine a été retrouvée dans un coma diabétique dans son logement. N'eut été de l'intervention des pompiers lors du porte-à-porte pour l'évacuation des lieux, les paramédics affirment que la victime serait probablement décédée. Son état de santé n'avait pas lien avec l'incendie.

La fumée était si dense qu'elle s'est étendue du 2e au 21e étage de l'édifice, selon la porte-parole du Service des incendies, Danielle Cardinal.

Quelques sinistrés ont dû être secourus sur le balcon de leur logis à l'aide d'échelles au sol ou de la grande échelle du camion de pompiers.

Le brasier a été maîtrisé en moins d'une heure.

Le courant électrique ayant été coupé dans l'immeuble, les sinistrés sont invités à se rendre au Centre communautaire Richelieu-Vanier (300, avenue des Pères-Blancs), dans le secteur Vanier, où la Ville d'Ottawa, la Croix-Rouge et l'Armée du salut peuvent leur offrir du soutien. Plusieurs animaux de compagnie ont aussi été pris en charge par le Service des règlements municipaux.

Les sinistrés pourraient ne pas réintégrer leur logement avant 48 heures, précise-t-on.

La cause du feu est pour l'instant inconnue. L'enquête a été transférée au Bureau du commissaire des incendies.