Trois véhicules ont été impliqués dans l’accident, qui a fait une victime.

Un fuyard fauche la vie d’une innocente victime

Trois-Rivières — Un homme de 63 ans a perdu la vie jeudi midi, après un très grave accident survenu à la suite d’un délit de fuite, à Trois-Rivières. La collision est survenue au bas de la côte Plouffe, à l’intersection de la rue Sainte-Marguerite. L’homme de 63 ans n’était pas impliqué dans le délit de fuite et serait malheureusement une innocente victime de ce fuyard.

La poursuite policière a débuté vers 11h45, alors qu’un policier de la Sécurité publique effectuait une opération de surveillance du port de la ceinture de sécurité. Selon les premières constatations, il aurait actionné le dispositif de détection de plaques, qui a détecté un véhicule dont la plaque d’immatriculation était expirée.

Le conducteur de ce véhicule se serait immobilisé à un feu rouge et le policier l’aurait rejoint à pied. Au moment où le policier a cogné à sa fenêtre, le conducteur aurait pris la fuite. Une poursuite policière s’est donc mise en marche avec le véhicule patrouille.

Selon des témoins rencontrés sur place, le véhicule du fuyard roulait à très haute vitesse lorsque l’accident est survenu. Le chauffard a percuté une voiture qui arrivait de la côte Plouffe. Le conducteur de ce véhicule a perdu la vie. L’impact latéral a été d’une telle violence que le véhicule de la victime a heurté un autre véhicule qui arrivait en sens inverse, puis a été projeté sur les terrains du marché IGA situé juste à côté.

Selon certains témoins, le véhicule fautif roulait à une vitesse estimée à 100 km/h au moment de l’impact, une information que n’a pas pu confirmer la Sécurité publique de Trois-Rivières. D’ailleurs, étant donné qu’un véhicule de la Sécurité publique était impliqué dans cette poursuite, le dossier a été transmis au Bureau des enquêtes indépendantes afin de mener l’enquête dans cette histoire.

Un périmètre de sécurité a été érigé dans le secteur et la circulation a été perturbée de longues heures, le temps que les enquêteurs puissent reconstituer la scène pour les fins de l’enquête. Le Bureau des enquêtes indépendantes a dépêché douze enquêteurs sur les lieux, qui sont arrivés vers la fin de l’après-midi. Ils ont également demandé l’assistance de la Sûreté du Québec dans cette histoire pour fournir un technicien en identité judiciaire et un expert en reconstitution de collision.

Il n’a malheureusement pas été possible de savoir, jeudi après-midi, si le fuyard avait été placé en état d’arrestation dans cette histoire et s’il allait donc être accusé ou non vendredi dans cette affaire.

Le Bureau des enquêtes indépendantes demande à quiconque aurait été témoin de cet événement de communiquer avec lui via son site web au www.bei.gouv.qc.ca.

Longueil: un policier coupable de conduite dangereuse

Le policier Patrick Ouellet, de la Sûreté du Québec (SQ), a été trouvé coupable de conduite dangereuse causant la mort, jeudi, au Palais de justice de Longueuil.

Le policier était en opération de surveillance le 13 février 2014 à Longueuil lorsqu’au volant de sa voiture banalisée, il a percuté une voiture qui effectuait un virage à basse vitesse, blessant grièvement le passager, un petit garçon de cinq ans, Nicholas Thorne-Belance.

L’enfant prenait place sur la banquette arrière de l’automobile conduite par son père. Il a succombé à ses blessures quelques jours plus tard, à l’hôpital.

Au procès qui a débuté le mois dernier, il a été révélé que juste avant l’impact, le policier Ouellet se déplaçait à une vitesse de plus de 120 km/h dans une zone où la vitesse maximale permise était de 50 km/h.

L’agent Ouellet, alors âgé de 29 ans, devait suivre l’ancien directeur général du Parti libéral du Québec, Robert Parent, dans le cadre d’une enquête de l’UPAC.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) avait d’abord décidé de ne déposer aucune accusation contre l’agent Ouellet. Cette décision avait été largement dénoncée. La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, avait alors réclamé un complément d’enquête d’un comité indépendant et plus tard, le DPCP a finalement déposé une accusation de conduite dangereuse causant la mort. Il semble que les avocats de la défense porteront le verdict en appel.