Un directeur de chorale accusé d’agression sexuelle à Ottawa

Un quinquagénaire allemand ayant été directeur de chorale à Ottawa est accusé d’avoir commis des agressions sexuelles en 2016 et 2017, alors qu’il travaillait dans la capitale.

Uwe Frank Lieflander, 55 ans, «sera arrêté avec un mandat et inculpé d’agression sexuelle, à son retour au Canada», a fait savoir vendredi le Service de police d’Ottawa. L’enquête à son sujet avait commencé au début 2018, à la suite d’allégations d’agression sexuelle datant des deux années précédentes. «Les enquêteurs craignent qu’il n’y ait d’autres victimes dans cette affaire», ont indiqué les autorités. Les personnes détenant des informations sur ce dossier sont invitées à communiquer avec le Service de police d’Ottawa au 613-236-1222, poste 5760.

En juin 2011, Uwe Frank Lieflander avait parlé à divers médias anglophones pour dénoncer que le Conseil scolaire catholique anglophone d’Ottawa lui interdise les contacts physiques avec les élèves, à la suite d’une plainte formulée par un parent.  Il avait choisi de quitter ses fonctions, affirmant à CBC et au National Post qu’il ne voulait pas faire partie de la «culture de la peur».

Les mêmes médias rapportaient à l’époque que de nombreux parents soutenaient M. Lieflander, qui a enseigné le chant, selon CBC, à «plus de 14 000 enfants» un peu partout en Ontario. «Mon enseignement inclut une approche tactile», avait notamment déclaré l’homme.