Dans le cas d’une attaque de chien, que ce soit envers un autre animal ou un être humain, l’animal doit être évalué en fonction du risque imminent qu’il représente.

Un chien MIRA attaqué par un pitbull

SHERBROOKE — Un chien d’accompagnent MIRA appartenant au Centre de réadaptation de l’Estrie a été victime d’une attaque d’un autre chien, vraisemblablement de type pitbull.

La Société protectrice des animaux de l’Estrie (SPA-Estrie) confirme qu’une enquête en ce sens a été ouverte à la suite d’une plainte qui lui a été transmise en début de semaine.

L’événement en cause serait survenu vendredi dernier à Sherbrooke. Le pitbull aurait sauté au cou du chien MIRA pour le mordre, appris La Tribune.

« Nous avons mis en branle le processus standard de gestion des morsures », soutient la porte-parole de la SPA-Estrie, Geneviève Cloutier.

Un patrouilleur de la SPA a pris connaissance de la plainte de la personne qui a signalé cet événement.

« Nous sommes allés voir le propriétaire de l’autre chien, mais il n’était pas chez lui. Ce dernier dispose de 48 heures pour nous contacter. Nous lui avons aussi indiqué qu’il avait l’obligation de garder son chien en laisse en tout temps. Selon la plainte, il s’agit effectivement d’un chien pitbull », indique Geneviève Cloutier.

La SPA-Estrie doit recueillir les versions des propriétaires des deux chiens afin de déterminer de la suite des choses dans cette affaire.

« Nous devons aussi constater les blessures sur le chien qui a été mordu. Des photos doivent être prises. Selon nos informations, il aurait pu reprendre ses fonctions de chien d’accompagnement. Cependant, tout reste à vérifier dans cette affaire. Nous sommes au début de l’enquête », mentionne la porte-parole de la SPA-Estrie.

Geneviève Cloutier

Cette dernière rappelle que les épisodes de morsure, toutes races de chiens confondues, ne sont pas fréquents en Estrie,

« Chaque cas est particulier. Nous ne faisons pas de distinction particulière concernant un type de chien ou un autre. Le pitbull n’est pas interdit à Sherbrooke ni ailleurs en région », mentionne Mme Cloutier.

Dans le cas d’une attaque de chien, que ce soit envers un autre animal ou un être humain, l’animal doit être évalué en fonction du risque imminent qu’il représente.

« Le critère du règlement municipal demeure la dangerosité de l’animal. Une évaluation doit être faite par notre intervenant en comportement canin en fonction de critères spécifiques. Si l’animal est considéré comme dangereux pour la sécurité, il doit être euthanasié », signale Geneviève Cloutier de la SPA-Estrie.