Benjamin Tomlin continue de clamer son innocence, lui qui a été condamné à 10 ans de prison pour avoir eu une relation sexuelle avec une adolescente de 15 ans.

Un Canadien emprisonné à Cuba: une procédure judiciaire «irrégulière»

MONTRÉAL — Un Canadien condamné à 10 ans de prison à Cuba clame son innocence, et son avocat soutient que son client a probablement été piégé après une fête nocturne dans une ville côtière près de la station balnéaire de Varadero.

Benjamin Tomlin, 46 ans, employé de la Corporation de développement des investissements du Canada (CDEV), a été arrêté en août 2018 et accusé d’avoir eu une relation sexuelle avec une adolescente de 15 ans. L’âge du consentement à Cuba est de 16 ans.

L’avocat canadien de M. Tomlin, Ricardo Alcolado Perez, a soutenu que la procédure judiciaire était entachée d’irrégularités. Aucun des témoins dans cette affaire — y compris la personne mineure avec laquelle il est accusé d’avoir eu une relation sexuelle — n’a identifié Benjamin Tomlin devant un tribunal, a déclaré Me Alcolado Perez lors d’un entretien avec La Presse canadienne.

La sœur de Benjamin Tomlin, Caroline Simpson, de Montréal, a affirmé que son frère avait été « abandonné » par le Canada. Elle a ajouté qu’il n’avait pas reçu de services consulaires adéquats en raison d’une pénurie de personnel résultant du mystérieux « syndrome de La Havane » qui a rendu malades des employés des ambassades du Canada et des États-Unis.

Mme Simpson a fait valoir qu’Affaires mondiales Canada devrait publier un avertissement de voyage à l’intention des citoyens prévoyant de se rendre à Cuba.

« Les Canadiens ne sont pas au courant », a-t-elle déclaré lors d’une entrevue. « Ils pensent que Cuba est un endroit sûr... et comme l’ambassade manque de personnel, si quelque chose ne va pas, vous n’avez aucun soutien et vous êtes totalement laissés à vous-mêmes. »

Elle a affirmé s’être fait dire maintes fois par Affaires mondiales Canada que le ministère ne s’immiscerait pas dans le système judiciaire cubain. « Mais il n’y a pas de système de justice là-bas », a-t-elle déclaré à propos de Cuba. « Ils ne respectent même pas leurs propres lois. »