L’école secondaire Mont-Bleu a été le théâtre d’un autre incendie, jeudi.

Un autre incendie à l'école secondaire Mont-Bleu

« Une autre tuile » s’est abattue sur l’école secondaire Mont-Bleu, frappée jeudi par un deuxième incendie en moins de deux mois. Un sinistre qui compromet encore davantage le retour des élèves dans l’établissement en septembre 2019

Déjà ravagée par un brasier ayant éclaté lors du passage de la tornade du 21 septembre dernier, l’école a de nouveau reçu la visite des pompiers, jeudi, après que des ouvriers eurent signalé la naissance d’un incendie dans la toiture, à l’arrière du bâtiment du boulevard de la Cité-des-Jeunes. Les pompiers sont intervenus à 9h39. Une troisième alarme a été nécessaire pour obtenir des renforts. Au total, 17 camions et 45 pompiers ont été mobilisés pour combattre cet incendie, qui a été déclaré sous contrôle à 12h14.

Selon le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Gatineau, Daniel St-Jacques, des ouvriers s’affairaient à installer des membranes à l’aide d’une torche lorsque le brasier a pris naissance. Ils ont aussitôt appelé les services d’urgence.

« Le vent ne nous aide pas et c’est pour ça qu’avec le vent qu’on a aujourd’hui et qu’on a eu lors des tornades, ça fait en sorte que le feu se propage rapidement », a expliqué le chef St-Jacques.

Ce dernier a précisé que l’incendie de septembre avait surtout touché « le côté gauche » de l’école, vers le sud, tandis que celui de jeudi a davantage touché l’arrière de l’établissement, ce qui pourrait avoir un impact sur les décisions à venir à la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) au sujet de la date de retour des élèves à Mont-Bleu.

« Il va y avoir des évaluations de la CSPO et probablement des ingénieurs, mais s’il y a plus de dommages, ça veut dire que ça va prendre plus de temps [à réparer] », a mentionné le chef aux opérations.

Une trentaine de travailleurs ont été évacués, mais personne n’a été blessé. Le service des incendies évalue les dommages à environ 150 000 $.

Avouant avoir été incrédule lorsqu’il a appris la nouvelle, le président de la CSPO, Mario Crevier, s’est déplacé sur les lieux du sinistre, où il a constaté qu’« une autre tuile » venait de s’abattre sur l’école secondaire.

« C’est inquiétant de voir ça, a-t-il lancé après avoir entendu le bilan dressé par le service des incendies. Ça a l’air plus dommageable. À l’œil de même, on ne voit pas grand-chose, mais l’intérieur à refaire encore, c’est très inquiétant. »

Est-ce que ce nouveau sinistre fait en sorte que l’option d’une démolition est davantage envisagée ? 

« Pour l’instant, non, a répondu le président de la CSPO. On n’a même pas l’étendue des dégâts pour la rénovation ou la reconstruction. On va attendre d’avoir l’information nécessaire. »

Le bilan des dommages causés lors du passage de la tornade était attendu « au cours des prochaines semaines » par la CSPO, mais de nouvelles évaluations devront maintenant être réalisées.

En raison des dommages causés en septembre, d’importants travaux de rénovation sont en cours à l’établissement. Les 1500 élèves ont été transférés à l’école secondaire de l’Île et emménageront temporairement au Centre Asticou dès le 3 décembre.

Mario Crevier a souligné que l’entente avec le gouvernement fédéral pour occuper des locaux dans le Centre Asticou devait normalement prendre fin en juin 2019, dans l’optique d’un retour à Mont-Bleu en septembre 2019. 

« Des pourparlers » sont donc en cours pour déterminer quelle sera la suite des choses, a-t-il précisé en admettant que l’incendie de jeudi « remet en en question [la rentrée] de 2019 ».

Avec Justine Mercier, Le Droit