Un autre étudiant de l’Université d’Ottawa est décédé ce week-end.

Un autre décès d’un étudiant à l'Université d'Ottawa

Un étudiant de l’Université d’Ottawa a été retrouvé sans vie dans sa résidence samedi matin.

Il s’agit du deuxième décès d’un membre de cette communauté étudiante en l’espace de deux mois.

« Au nom de l’Université, j’offre mes condoléances les plus sincères à la famille, aux amis et aux proches de cette personne, a déclaré le recteur Jacques Frémont. [...] Nous pleurons la mort de cette personne, non seulement en tant que communauté qui tient à chacun de ses membres, mais également de façon individuelle, car chacun de nous se rappelle avoir déjà ressenti la perte et le désespoir. »

La cause du décès n’a pas été divulguée par le recteur, mais ce dernier a précisé qu’elle n’était probablement pas en lien avec la COVID-19.

« Selon les informations dont nous disposons à l’heure actuelle, ce décès ne semble pas lié à la maladie à coronavirus COVID-19 », a-t-il écrit.

Alors que l’institution traverse une crise en matière de santé mentale, M. Frémont a tenu à lancer un message aux étudiants de l’université.

« Je veux vous dire : vous n’êtes pas seuls, a rappelé le recteur. Vous êtes entourés d’amis et de gens qui tiennent à vous. Je tiens à chacun et chacune d’entre vous. Les étudiants de votre entourage et vos professeurs tiennent à vous. Il faut que vous sachiez que nos conseillers en santé mentale sont là pour vous. Ils seront disponibles tout au long du week-end de même que pendant la semaine, à notre clinique sans rendez-vous située au 100, Marie-Curie. Ils seront là pour vous et travailleront en collaboration avec nos partenaires communautaires qui offrent des services 24 heures par jour, sept jours par semaine. Je vous invite à aller les rencontrer. Ils sont là pour vous. Faites-leur savoir comment vous vous sentez. Ils sont à l’écoute. Ils veulent vous aider. Je vous le répète, vous n’êtes pas seuls. »

Rencontré par Le Droit dimanche matin, James Patterson, étudiant dans la Faculté de droit à l’Université d’Ottawa, s’est dit « bouleversé ». Lorsqu’il a appris la nouvelle, sa première réaction fut la suivante : « Encore ?! »

« Ça fait six fois depuis 2019 qu’on entend dire qu’un étudiant de notre université est mort. Ça devient récurrent et c’est alarmant ! Oui, il y a des ressources, mais en même temps, on dirait qu’il n’y en a pas assez sur le campus pour pouvoir attaquer ce problème-là à la source », dit-il.

« Quand j’ai lu la lettre du recteur, poursuit-il, j’avais l’impression que c’était un message générique. Il nous répète qu’on n’est pas tout seul et qu’il y a des ressources à utiliser, mais quand on va faire un petit tour sur Facebook et qu’on lit les commentaires de certains étudiants, on se rend compte très vite que soit les files d’attente pour parler à quelqu’un sont trop longues ou que les gens ont tout simplement peur de parler de leurs complications. C’est ça qui est attristant. On les a peut-être les ressources, mais elles doivent être plus efficaces et on devrait en parler plus souvent, pas seulement quand un étudiant décède. »

Besoin d’aide ?

Vous ou vos proches avez besoin d’aide ? N’hésitez pas à appeler au 1-866-APPELLE (277-3553), ou encore Tel-Aide Outaouais (819-775-3223) à Gatineau et (613-741-6433) à Ottawa. Du côté d’Ottawa, vous pouvez aussi appeler la ligne de crise en santé mentale d’Ottawa en composant le 613-722-6914.