La GRC a inculpé un de ses agents pour avoir enfreint la loi canadienne sur les secrets officiels.

Un agent de la GRC est accusé d’avoir enfreint la loi sur les secrets officiels

OTTAWA - La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a inculpé l’un des siens pour plusieurs infractions à la loi canadienne sur les secrets officiels.

Cameron Jay Ortis, un haut responsable du renseignement à la GRC, a comparu brièvement devant le tribunal vendredi pour avoir enfreint la loi sur les secrets officiels au Canada alors qu’il était au service de la GRC.

L’homme âgé de 47 ans a été inculpé en vertu de trois articles de la Loi sur la protection de l’information et de deux dispositions du Code criminel, incluant abus de confiance, pour avoir supposément tenté de divulguer des informations classifiées à une entité étrangère ou un groupe terroriste.

Le destinateur allégué, ou destinateur potentiel, n’a pas été spécifié dans la mise en accusation.

«Dans les grandes lignes, les allégations sont qu’il a obtenu, stocké, traité des informations sensibles, avec, nous croyons, l’intention de les communiquer à des personnes auxquelles il ne devrait pas les communiquer», a affirmé le procureur John MacFarlane à l’issue de l’audience devant le tribunal de l’Ontario.

«Je ne commenterai pas plus en détail à ce moment», a-t-il dit.

Une source à l’interne bien au fait du dossier, mais qui n’était pas autorisée à en discuter publiquement, a affirmé que Cameron Jay Ortis avait servi comme directeur général d’une unité du renseignement de la GRC, une fonction civile.

Il a obtenu un doctorat en science politique de l’Université de la Colombie-Britannique, ayant mené à terme une dissertation sur les dimensions internationales de la sécurité internet.

Le premier ministre Justin Trudeau a réagi brièvement en mêlée de presse, vendredi.

«J’ai été mis au courant de l’arrestation. Je peux vous dire que les autorités prennent ça extrêmement au sérieux. Mais je n’ai pas de commentaires à offrir sur cet enjeu», a dit M. Trudeau.

Cameron Jay Ortis, vêtu d’une chemise bleue, est apparu par lien vidéo.

Me MacFarlane a déclaré que la Couronne ferait valoir lors d’une prochaine audience sur le cautionnement que l’accusé devrait rester en détention.

La mise en accusation énumère sept chefs au titre de diverses dispositions, pour des allégations s’étalant du 1er janvier 2015 jusqu’à son arrestation, jeudi.

La GRC a indiqué que les accusations découlaient d’activités présumées qui auraient eu lieu pendant qu’il était employé du corps policier, ce qui laisse supposer qu’il était encore actif avec la GRC au moment de son arrestation. Cependant, ni la GRC ni Me MacFarlane n’ont voulu clarifier son statut d’emploi.

La GRC a refusé de faire d’autres commentaires, affirmant que l’enquête était en cours.

La Loi sur la protection de l’information, introduite après les attentats du 11 septembre aux États-Unis, vise à protéger les informations confidentielles du gouvernement.

L’officier de marine Jeffrey Paul Delisle, qui a fourni des informations classifiées aux services de renseignement militaires russes, a plaidé coupable à des infractions à cette loi en 2012.