L’enquêteur Hank Idsinga (photo) a indiqué que les recherches se poursuivent et que de nouvelles accusations devraient être portées contre Bruce McArthur.

Tueur en série: la police de Toronto a trouvé les restes de six personnes

Le Service de police de Toronto a annoncé jeudi qu’il avait découvert jusqu’ici les restes humains d’au moins six personnes différentes dans le cadre de son enquête sur le présumé tueur en série du village gai de la métropole.

L’enquêteur Hank Idsinga a indiqué que les recherches se poursuivent et que de nouvelles accusations devraient être portées contre Bruce McArthur, déjà accusé jusqu’ici de meurtre au premier degré relativement à la mort présumée de cinq hommes - ils sont portés disparus et on recherche pour l’instant leur corps ou leurs restes.

La police a dressé son nouveau bilan jeudi près de la propriété où les enquêteurs ont retrouvé des ossements humains dans de grands bacs à fleurs - l’accusé est paysagiste et il avait déjà travaillé chez ce client du quartier Leaside-Bennington.

Bruce McArthur, âgé de 66 ans, a été arrêté le 18 janvier; il avait d’abord été accusé du meurtre de Selim Esen, 44 ans, et d’Andrew Kinsman, 49 ans, qui avaient disparu du village gai de Toronto au printemps dernier. Le sergent Idsinga a d’ailleurs indiqué jeudi que certains des ossements retrouvés par les enquêteurs sont ceux d’Andrew Kinsman.

M. McArthur a par la suite été accusé, à la fin de janvier, du meurtre de deux autres hommes portés disparus - Majeed Kayhan, 58 ans, et Soroush Mahmudi, 50 ans -, mais aussi d’un homme dont la disparition n’avait jamais été signalée: Dean Lisowick, âgé de 43 ou 44 ans.

La police avait alors indiqué que des ossements humains appartenant à trois personnes non identifiées avaient été découverts dans des bacs à fleurs installés dans la cour arrière de la propriété du croissant Mallory. Les enquêteurs ont poursuivi leurs recherches à cet endroit et une semaine et demie plus tard, ils avaient découvert les restes de trois autres personnes, a indiqué jeudi le sergent Idsinga.

Une fouille minutieuse de toute cette cour arrière devait débuter jeudi, sous la supervision d’une anthropologue judiciaire. Les policiers grattaient déjà le sol gelé depuis une semaine et ils ont identifié certains «endroits d’intérêt», a précisé le sergent.

M. Idsinga a par ailleurs rappelé que cette enquête «sans précédent» était menée sur plusieurs fronts. Les policiers rouvriront «littéralement des centaines» de dossiers de personnes portées disparues, à la recherche de liens potentiels avec l’accusé. Les enquêteurs scrutent aussi les nombreuses traces laissées par M. McArthur sur internet.

La police avait par ailleurs indiqué précédemment qu’elle menait des fouilles dans au moins 30 propriétés où M. McArthur avait effectué des travaux d’aménagement paysager. Le sergent Idsinga a aussi précisé jeudi que les enquêteurs passent au treillis le contenu d’au moins 15 bacs à fleurs récupérés sur plusieurs propriétés et dont certains contenaient des restes humains.