Plusieurs logements abordables, situés dans Mont-Bleu, ont été détruits par la tornade le 21 septembre dernier.

Tornade: «Je ne comprends pas»

Bato Redzovic aide des réfugiés victimes de la guerre, de la famine, et de catastrophes naturelles, à s’intégrer à l’Outaouais. L’organisme qu’il dirige, Accueil-Parrainage Outaouais, a récemment aidé des familles d’immigrants à se relever à nouveau, après la tornade du 21 septembre. Chérissant l’ouverture et la générosité de son pays d’accueil, le Bosniaque d’origine ne comprend pas pourquoi des élèves de l’école secondaire de l’Île protestent contre le réaménagement de leur horaire, provoqué par l’arrivée d’urgence des élèves de l’école secondaire Mont-Bleu.

Le quartier Mont-Bleu est habité par de nombreuses familles immigrantes ayant fui leur pays d’origine, dans l’espoir d’un monde meilleur.

Le Vieux-Hull, où se trouve l’école secondaire de l’Île, n’est pas très différent. Les deux établissements scolaires accueillent bon nombre d’enfants d’immigrés, qui ont parfois le souvenir de pays détruits par toutes sortes de catastrophes humaines ou naturelles.

Le 21 septembre dernier, la catastrophe n’a pas frappé un pays étranger. Elle a frappé des rues nommées Jumonville, de Normandie, et le boulevard Cité-des-Jeunes, dans le quartier Mont-Bleu.

« Les voisins » du Vieux-Hull, les élèves de l’école secondaire de l’Île, voient leur année chamboulée par l’arrivée massive d’élèves de l’autre quartier.

La Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) a choisi d’intégrer les 1500 élèves de Mont-Bleu à l’école secondaire de l’Île, qui compte déjà 1200 jeunes.

Les jeunes de Mont-Bleu, le matin. Les jeunes de de l’Île, l’après-midi, dès le 9 octobre.

M. Redzovic est resté sans mot lorsqu’il a vu des élèves de de l’Île manifester contre leur nouvel horaire des classes. « Je ne comprends pas leur réaction, dit-il. Ils ne se mettent pas dans la situation des autres pour juger ainsi... »

Malgré tout, M. Redzovic fait encore confiance aux jeunes des deux écoles.

« Je n’ai pas peur d’éventuelles tensions (trop fortes) lorsque (la reprise des classes du 9 octobre) va commencer. »

La Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) a commenté à propos de ces manifestations, jeudi, et n’a pas voulu se répéter, vendredi.

Le logement, encore

Pendant ce temps, l’organisme dirigé par M. Redzovic accueillait, vendredi, 20 nouveaux réfugiés syriens en Outaouais. Les nouveaux arrivants ont enfin pu quitter des abris de fortune au Liban, en Turquie et en Jordanie. « Et nous attendons deux autres familles du Burundi. »

Accueil-Parrainage Outaouais recherche des logements pour ces familles.

Le logement abordable est une denrée rare à Gatineau. De nombreux organismes communautaires, comme Logemen’occupe, le répètent depuis des années.

Plusieurs logements abordables, situés dans Mont-Bleu, ont justement été détruits par la tornade, qui a aussi provoqué un incendie majeur à l’école secondaire Mont-Bleu, condamnée pour un an.

M. Redzovic, réfugié de la Bosnie en 1994, croit en la jeunesse immigrante lorsqu’il voit un enfant traduire de l’arabe au français, pour ses parents, au centre des sinistrés. Ainsi, les adultes comprennent mieux comment les autorités s’y prennent pour leur trouver un nouveau logement, de la nourriture, et aider les enfants à retourner en classe.

« Nos clients touchés ont pour la plupart retrouvé un toit, depuis la tornade, confirme M. Redzovic. Il reste peut-être une famille (réfugiée au Canada depuis neuf mois) encore en logement temporaire. »