Le nombre de plaintes pour vol par effraction est en baisse de 27% par rapport à l’an dernier à Gatineau.
Le nombre de plaintes pour vol par effraction est en baisse de 27% par rapport à l’an dernier à Gatineau.

Télétravail et confinement: les vols par effraction en baisse à Gatineau

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Pandémie oblige, le télétravail est de mise pour bon nombre de gens depuis cinq mois et quand est venu le temps des vacances, plusieurs ont préféré rester à la maison pour profiter de leur cour arrière. Conséquence: le nombre d’introductions par effraction dans les résidences est en baisse marquée depuis le début de l’année à Gatineau.

Selon les plus récentes statistiques, les plaintes pour ce type de crime sont en diminution de 27% par rapport à l’an dernier. Du 1er janvier au 17 août, le Service de police de la ville de Gatineau (SPVG) a reçu 249 signalements de vols par effraction, alors qu’on en avait compilé 341 pour cette même période en 2019. L'année précédente, les autorités en avaient reçu 340.

La porte-parole Andrée East indique que le contexte particulier de la COVID-19 peut sans doute expliquer cette baisse notable.

«On ne peut pas le dire avec certitude, mais il est fort possible que cela soit dû au fait que les gens soient plus à la maison depuis le confinement. Le télétravail fait en sorte que les résidences ne sont pas sans surveillance durant la journée. Le fait aussi que moins de gens prennent des vacances cette année (selon les sondages) pourrait également avoir joué un rôle dans la baisse puisqu’encore une fois cela fait en sorte que les résidences ne sont pas laissées sans surveillance pour de longues périodes de temps», dit-elle.

Pour le conseiller municipal du district de Bellevue et ancien policier Pierre Lanthier, il est clair que tous ces éléments sont interreliés.

«Je vois ça d’un bon oeil, c’est une excellente nouvelle. J’ai moi-même remarqué que les gens sont depuis quelques mois plus actifs sur les réseaux sociaux s’ils voient quelque chose. On l’a vu par exemple constaté quand on soupçonnait qu’il y avait des rôdeurs dans mon quartier. Les gens ont immédiatement commenté sur Facebook et ç’a eu un impact immédiat. Les gens sont davantage à la maison, alors ils sont aussi capables de surveiller autour de chez eux, dans leur rue, et d’aviser les autres», affirme-t-il.

Le conseiller et ancien policier gatinois, Pierre Lanthier

L’élu tient à lancer un message qu’il dit avoir souvent répété durant sa carrière au SPVG.

«Normalement, il y a plus de vols durant le jour. Je l’ai toujours dit: il faut toujours essayer de démontrer qu’il y a de la vie dans la maison, même lorsqu’on est absent. Ça décourage les gens qui pourraient avoir des intentions criminelles. Et il n’y a rien de pire que d’annoncer qu’on part en vacances sur Facebook. Ça ouvre la porte à des vols. Il faut simplement avertir des voisins de confiance», explique M. Lanthier.

Du côté du Service de police d’Ottawa, les données sur les introductions par effraction n’ont pour l’instant pas encore été fournies au Droit.