La collision remonte à août 2014.

Suspension après une collision pour un policier de Gatineau

Un agent du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) sera suspendu sans traitement pendant huit jours après une collision survenue dans le secteur Gatineau, en août 2014.

Le Comité de déontologie policière a rendu sa décision d’imposer une sanction à l’agent Dave Beaudoin en début de semaine, jugeant que ce dernier a contrevenu à l’article 11 du Code de déontologie des policiers du Québec qui prévoit que «le policier doit utiliser une arme et toute autre pièce d’équipement avec prudence et discernement».

L’incident s’est produit à l’intersection entre les boulevards Gréber et La Vérendrye. L’autopatrouille conduite par l’agent Beaudoin circulait en direction sud sur le boulevard Gréber pour répondre à un appel de «priorité 1», un vol qualifié.

À l’approche du boulevard La Vérendrye, le feu de circulation était rouge pour le policier, laissant normalement la voie libre aux véhicules sur le boulevard La Vérendrye. L’agent Beaudoin a ralenti à l’approche de l’intersection et a vu qu’un véhicule en direction est sur le boulevard La Vérendrye, dans la voie pour tourner à gauche, lui laissait la voie libre.

Le policier a donc accéléré de nouveau pour continuer sa route, sans voir la voiture à droite de cette autre automobile immobilisée. Le véhicule est entré en collision avec l’autopatrouille.

L’agent Beaudoin et son partenaire, Jérôme Bélanger-Côté, ainsi que la conductrice de l’autre voiture ont été conduits à l’hôpital par mesure préventive, mais n’ont pas subi de blessure notable.

Le procureur de Dave Beaudoin a plaidé que le policier a ralenti à l’approche de l’intersection et que le soleil couchant au moment de l’accident diminuait le champ de vision à sa droite, au même titre que les autres véhicules immobilisés à l’intersection.

Le Comité statue toutefois que «l’agent Beaudoin a tenté sa chance en accélérant vis-à-vis la deuxième voie de circulation et la collision a eu lieu» et que «le policier a omis de s’assurer que cette voie de circulation était libre».

Dave Beaudoin, qui avait deux ans d’expérience au moment des faits, n’avait aucun antécédent en matière de déontologie policière, mais le Comité de déontologie policière considère que l’infraction est suffisamment grave pour justifier cette suspension qui «répond aux critères de dissuasion et d’exemplarité et qu’elle s’harmonise avec la jurisprudence».