Suce collée: la sentence en octobre

Coupable d’avoir mis en danger la vie de son poupon de trois mois en retenant sa suce avec du ruban adhésif, une mère d’Alma connaîtra sa sentence le 4 octobre prochain au Palais de justice d’Alma. Devant l’absence d’une suggestion commune de la Couronne et de la défense, le juge Paul Guimond a décidé, mercredi, de prendre la cause en délibéré.

L’avocat de la défense, Me Luc Tourangeau, réclame une absolution conditionnelle pour sa cliente maintenant âgée de 20 ans. De son côté, la Couronne suggère de surseoir au prononcé de la peine pendant une période de deux ans et d’encadrer l’accusée pour une période d’une même durée.

La défense a souligné les conséquences d’un casier judiciaire pour l’accusée qui aspire à suivre une formation scolaire, soit un DEP de préposé aux bénéficiaires. Un projet qui a durement été remis en question par la Couronne.

Me Tourangeau a mis de l’avant les nombreuses difficultés vécues par sa cliente depuis ses premières années de vie. Le père de l’accusé a d’ailleurs témoigné, mercredi après-midi, ce qui aura valu quelques argumentations entre les deux procureurs.

Enfant adopté
Depuis les faits reprochés, l’enfant qui n’a aucune séquelle vit avec ses grands-parents maternels qui l’ont adopté en décembre.

Selon son témoignage, la mère le visiterait une à deux fois par semaine. Celle-ci soulignait, en salle de cour, le désir d’être présente et de le voir grandir.

C’est lors d’une visite dans l’appartement de la mère qu’un intervenant de la protection de la jeunesse avait découvert le bébé dont la suce avait été collée avec du ruban adhésif. La mère avait avoué ne pas en être à sa première utilisation de ruban adhésif pour tenir la suce en place.

Le bébé qui était emmitouflé et dont la couche débordait reposait dans un lit placé au salon de l’appartement.

Le juge Guimond rendra sa sentence en octobre prochain.