Le prédateur présumé, qui aurait agi à partir d’un ordinateur en France, a fait plus de 77 victimes au Québec, toutes mineures. Dans la région de la Capitale-Nationale seulement, il aurait «sextorqué» huit adolescentes depuis avril 2017.

«Sextorsion» France-Québec

Un Français de 27 ans aurait piégé huit adolescentes de la région de la Capitale-Nationale et des dizaines d’autres mineures québécoises pour produire de la pornographie juvénile. 

La Sûreté du Québec (SQ) a annoncé mercredi que le suspect avait été arrêté le 27 septembre dans la région de Paris. Son identité n’a pas été confirmée.   

Le prédateur présumé, qui aurait agi à partir d’un ordinateur en France, a fait plus de 77 victimes au Québec, toutes mineures. Dans la région de la Capitale-Nationale seulement, il aurait «sextorqué» huit adolescentes depuis avril 2017.

La même stratégie

«Il utilisait toujours le même stratagème», décrit Hélène Nepton, porte-parole de la SQ. «Il se créait un faux compte d’adolescente en usurpant des photos de jeunes filles. En se faisant passer pour une jeune femme, il entamait une discussion avec des victimes adolescentes et mentionnait faire partie d’une école de mode ou de mannequinat.»

Le suspect utilisait par la suite différents subterfuges pour obtenir des photos explicites de ses victimes. Il les menaçait aussi de publier leurs photos ou de ternir leur réputation si elles refusaient de lui envoyer les photos demandées.

Le suspect pourrait faire face à des accusations de leurre informatique, d’extorsion et de possession, production et distribution de matériel pornographique juvénile.