En novembre dernier, Marc Potvin a plaidé coupable à une accusation d’avoir touché un enfant de moins de 16 ans «à des fins d’ordre sexuel».

Radié pour cinq ans après des gestes à caractère sexuel

Une radiation de cinq ans vient d’être imposée à un travailleur social de l’Outaouais ayant reçu une sentence de détention de 90 jours l’automne dernier pour des attouchements sexuels sur un adolescent qu’il suivait.

Détenteur d’un permis de l’Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec (OTSTCFQ), Marc Potvin suivait «des jeunes en milieu scolaire» pour le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

Il a rencontré sa victime alors que le garçon avait neuf ans, en 2012. Son dossier sera fermé en janvier 2017, mais le travailleur social a ensuite proposé à la mère de l’adolescent de poursuivre les rencontres sous forme «d’activité de grand-frère», lit-on dans une décision rendue la semaine dernière par le conseil de discipline de l’OTSTCFQ.

«Des gestes à caractère sexuel» ont été posés à plus d’une reprise à l’été 2017, alors que l’adolescent avait 14 ans. Marc Potvin sera dénoncé en septembre de la même année. Il a ensuite été congédié par le CISSSO.

Des procédures criminelles ont été entamées. En novembre dernier, M. Potvin a plaidé coupable à une accusation d’avoir touché un enfant de moins de 16 ans «à des fins d’ordre sexuel». Il a écopé d’une peine d’emprisonnement de 90 jours à purger de manière discontinue et son nom est inscrit pour dix ans au registre des délinquants sexuels.

Devant le conseil de discipline de son ordre professionnel, Marc Potvin a reconnu avoir commis un acte dérogatoire à la dignité de la profession.

«Il ne remet pas en question les gestes posés, est-il écrit dans la décision. Il reconnaît pleinement avoir dépassé la limite et avoir succombé à la tentation. Il témoigne qu’il s’en veut énormément et que très rapidement il a cherché de l’aide en thérapie individuelle.»

M. Potvin réclamait une période de radiation temporaire de trois ans, mais le conseil a plutôt opté pour la période de cinq ans suggérée par le syndic de l’OTSTCFQ.

Le conseil de discipline a jugé que la position d’autorité de Marc Potvin envers l’adolescent est un facteur aggravant, tout comme le nombre de fois où des attouchements ont été commis.

«Ces gestes entrent directement en conflit avec les valeurs de la profession qui font passer l’humain avant tout», lit-on dans la décision […] Des gestes de cette nature sont susceptibles d’ébranler la confiance du public et en particulier celle des jeunes en difficulté ou de leurs parents qui auraient besoin de l’aide d’un travailleur social.»

En plus de la radiation de cinq ans qui lui a été imposée, Marc Potvin devra payer une amende de 2500$ dans un délai de quatre ans. Il a été recommandé que l’ordre professionnel verse cet argent à l’adolescent ayant fait l’objet d’attouchements, «sous présentation de pièces justificatives, pour défrayer le coût des soins thérapeutiques reliés à l’acte dérogatoire».