Dans la nuit du 29 au 30 juin 2014, Miriam Hubert (à droite) a convaincu la victime d'aller prendre un verre avant de l'entraîner dans une voiture où se trouvaient deux hommes, afin de les conduire jusqu'à sa résidence de Namur. Sur place, André Blanc (à gauche) a agrippé la femme par le bras, l'entraînant dans la chambre, dont la porte était munie de trois serrures.

Quatre ans de détention pour sévices sexuels

Un homme de Namur a reçu une sentence de quatre années de détention pour avoir fait subir des sévices sexuels à une jeune femme rencontrée dans un bar de Gatineau, à l'été 2014.
André Blanc, 36 ans, devra rester encore 35 mois derrière les barreaux, puisqu'il a purgé du temps préventif, ainsi qu'une sentence dans un autre dossier. Son nom devra être inscrit au registre des délinquants sexuels.
Les faits se sont produits dans la soirée du 29 juin 2014, à Namur.
En compagnie de sa conjointe Miriam Hubert, qui doit subir son procès à l'automne, il a séquestré la jeune femme pour l'agresser sexuellement, et la frapper avec un martinet, une sorte de fouet de cuir. «Même en supposant que c'est elle qui l'a fait (fouetter), il a participé à la contrainte et a facilité l'agression», a mentionné mardi la juge de la Cour du Québec, Anouk Desaulniers.
La magistrate a retenu pas moins de dix facteurs aggravants contre l'agresseur. «Deux jeunes enfants, pendant l'agression, étaient dans la maison.»
On sait aussi que la femme du couple a uriné sur la tête de la victime, qui a été pénétrée pendant qu'elle était en pleurs.
M. Blanc a menacé la jeune femme de la mettre dans un trou, et a tenté de lui faire signer un contrat afin qu'elle accepte toutes ses demandes et qu'elle travaille pour lui, comme escorte. M. Blanc a affirmé lors de l'agression qu'il lui rentrerait un objet dans la gorge, en plus de lui voler son téléphone cellulaire et ses objets personnels.
La victime a déménagé depuis cet événement traumatisant.
La Couronne réclamait de sept à huit ans de pénitencier, et la défense, un an.