Le Projet Nouage, l’une des frappes antidrogue la plus importante dans la région, a connu un dénouement cette semaine, au palais de justice de Gatineau.

Producteurs et «cocotteurs» plaident coupables

Près de la moitié des individus arrêtés dans l’une des plus importantes frappes antidrogue des dernières années, en Outaouais, ont plaidé coupables dans la même journée de vendredi.

Huit des 22 accusés épinglés dans le cadre du projet Nouage de l’Escouade régionale mixte (ERM) ont reconnu les faits reprochés par la Couronne, au palais de justice de Gatineau. Plus tôt cette année, une neuvième personne a plaidé coupable à des accusations semblables.

Trois autres individus, conjointes de prévenus, ont vu les accusations les visant être retirées par le ministère public.

À l’automne 2016, le clan d’Yann Maisonneuve et de Hugues Mongeon a été mis derrière les barreaux, après la saisie de plusieurs résidences, dont certaines qui avaient été dotées de garages dissimulant des sous-sols utilisés comme serres de cannabis.

Les deux hommes maintiennent leurs plaidoyers de non-culpabilité.

Ce sont plutôt des subalternes, comme des producteurs et des « cocotteurs » (qui coupent les cocottes des plants de cannabis destinés à la vente), qui ont plaidé coupables à des chefs de production de cannabis dans le but d’en faire le trafic, vendredi. Des peines de 4 à 12 mois de sursis ont été imposées. Un seul d’entre eux, Steve Ross, a pris le chemin de la prison ferme, pour un an.

Selon la Sûreté du Québec, le chiffre d’affaires annuel du réseau était de 3,9 millions $.

Grâce à de l’écoute électronique et des filatures, la Sûreté du Québec avait réussi à comprendre que les présumés dirigeants avaient financé des travaux sur des propriétés privées. Des sous-sols très bien aménagés dans des garages résidentiels devaient permettre la plus grande des discrétions.

Neuf serres étaient ainsi cachées sous les garages privés.

Au sommet du vaste organigramme qu’ont élaboré les enquêteurs, en 2016, se trouvent Yann Maisonneuve, 41 ans, et Hugues Mongeon, 45 ans. La SQ associe leurs noms aux Hells Angels. Le capitaine Benoît Dubé, de l’ERM, a précisé à l’époque que le réseau avait « des liens » avec ces motards criminels, sans toutefois compter parmi ses membres en règle. « Des indépendants ayant des liens avec les motards », avait-il dit en conférence de presse.

Vendredi, les accusés Steve Ross, Jean-Maurice Nault, Luc Miner, Russell Purdy, Justin Mongeon, Stéphane Périard, Alexandre Beaudry, et Paolo Roy ont plaidé coupables.

La Couronne a retiré les accusations déposées contre Stéphanie Wise, Mélanie Hamelin et Élise Gauthier, qui sont ressorties blanchies du palais de justice.

Une centaine de policiers de Gatineau, de la SQ et d’Ottawa sont intervenus les 5 et 6 octobre 2016 à Gatineau, à L’Ange-Gardien, et dans la Petite-Nation. Le réseau s’étendait jusqu’en Ontario.

Le réseau avait une capacité de production de 2500 livres de cannabis par année, selon les enquêteurs.