Parente-Soares, un ressortissant français, est accusé d’homicide involontaire et d’incendie criminel en lien avec un triste événement survenu dans la nuit du 12 au 13 juin 2017 à Alma.

Procès Parente-Soares : un juré expulsé

Le juge Louis Dionne a expulsé le juré numéro 10 au procès de Matthieu Parente-Soares, car il a brisé le secret des discussions du jury. Il a rapporté quelques éléments à sa conjointe, qui les a partagés sur le réseau social Facebook.

Quelques minutes avant le début des plaidoiries, le magistrat de la Cour supérieure du Québec a fait remarquer qu’il n’y avait plus que 11 des 12 jurés en place.

Le juge a rappelé que les jurés avaient prêté serment de garder confidentiels les propos et les discussions faites dans la salle des délibérations. Il a ajouté que le rôle d’un jury est important au Québec et au Canada et qu’il était important de maintenir le secret entourant ces discussions.

« Je vous avais mentionné qu’il était important de ne pas répondre aux questions des membres de votre famille ou de vos amis. Mais le juré numéro 10 en a fait part à sa conjointe. Celle-ci a rapporté ces éléments sur Facebook », a expliqué le juge Dionne.

Des accusations d’outrage au tribunal et d’entrave à la justice pourraient être déposées. Le juge a fait venir la conjointe du juré no 10 au tribunal afin d’en savoir davantage.

« Elle était dans tous ses états, désolée et ne comprenait pas pourquoi elle avait fait ça. Je ne déposerai pas d’accusation. On a fait effacer le message. »

« Je vous demande de ne pas chercher ce qui a pu être rapporté sur Facebook et de ne pas consulter les réseaux sociaux, surtout que vous êtes à la veille des délibérations », a ajouté le magistrat.

Celui-ci a tenu à rappeler qu’un tel geste de la part d’un juré peut avoir des conséquences importantes sur la tenue d’un procès.

« Dans certains cas, ça peut aller jusqu’à faire avorter un procès », a conclu le juge Dionne, précisant que c’est lui qui a pris la décision.

Rappelons que Parente-Soares, un ressortissant français, est accusé d’homicide involontaire et d’incendie criminel en lien avec un triste événement survenu dans la nuit du 12 au 13 juin 2017 à Alma.