Le procès du policier Daniel Montsion pourra reprendre.

Procès Montsion: la requête de la défense est rejetée, le procès reprendra

La requête en arrêt des procédures des avocats du policier Daniel Montsion — accusé d’homicide involontaire après la mort d’Abdirahman Abdi en juillet 2016 — a été rejetée vendredi.

L’accusé était entouré de plusieurs de ses proches, prêts à célébrer le retrait des accusations contre lui. La décision du juge Kelly a jeté une douche froide sur cet enthousiasme. Selon lui, la gestion des preuves vidéos par l’Unité des enquêtes spéciales (UES) n’a pas brimé les droits de M. Montsion. Le procès pourra donc se poursuivre.

Rappelons que Daniel Montsion fait face à des accusations d’homicide involontaire, mais aussi de voie de fait grave et d’agression armée après une intervention policière musclée qui a conduit à la mort d’Abdirahman Abdi.

Ses avocats souhaitaient un arrêt des procédures puisqu’une vidéo présentée en preuve par l’UES a subi des modifications durant son transfert en format numérique. L’UES a fourni plusieurs versions des images et des différences sont visibles dans le cadrage de l’image, ce qui aurait pu influencer le pathologiste judiciaire qui s’en est servi pour conclure à un homicide plutôt qu’à un accident.

La vidéo avait été captée par une caméra de surveillance au 55, rue Hilda. C’est devant ce bâtiment que l’arrestation s’est produite.

À LIRE AUSSI :

Procès d'un policier d'Ottawa : la défense dit avoir reçu une vidéo «trafiquée»

Procès Montsion: la vidéo rendue publique

Homicide involontaire: début du procès pour un policier d'Ottawa

Mardi, le juge Kelly doit se prononcer sur l’admissibilité du témoignage d’Ed Segeren, un expert présenté par la Couronne pour analyser la vidéo de surveillance sous ses différentes moutures. Après coup, le pathologiste Christopher Milroy doit être interrogé.

La décision sur le témoignage aura une influence importante sur la stratégie de la défense. Si le juge Kelly devait rejeter l’expertise de M. Segeren, la défense aurait plus de munitions pour contre-interroger le Dr Milroy au sujet de l’influence de la vidéo dans son rapport sur la mort d’Abdirahman Abdi.

La porte-parole de Justice pour Abdirahman Abdi, Dahabo Ahmed-Omer.

La communauté rassurée

« C’était la première fois que la famille était présente et on reçoit des nouvelles très positives », se réjouit la porte-parole de Justice pour Abdirahman Abdi, Dahabo Ahmed-Omer.

Cette dernière soutient que tout ce que la famille et la communauté souhaitent, c’est d’avoir des réponses à leur question. Notamment, comment et pourquoi Abdirahman Abdi est-il décédé ? « Nous n’avons pas encore les réponses, mais puisque le procès continue, on devrait les avoir », soutient Mme Ahmed-Omer.

La porte-parole de Justice pour Abdirahman Abdi ajoute qu’un arrêt des procédures aurait probablement brisé le lien de confiance entre plusieurs membres de la communauté noire d’Ottawa et le système judiciaire.

Dahabo Ahmed-Omer affirme cependant que depuis le début du procès, le juge Robert Kelly est « méticuleux » et démontre une « bonne écoute ». Peu importe le dénouement, elle a confiance que le procès se déroulera en toute impartialité.