La mère de Caitlan Coleman a témoigné vendredi au procès de l’ex-otage Joshua Boyle.

Procès de Joshua Boyle: la mère de Caitlan Coleman à la barre

Lynda Coleman a affirmé vendredi que sa fille Caitlan était comme une automate sans émotion, qui avait peur de son mari, Joshua Boyle, dans les semaines qui ont suivi la libération du couple après cinq ans de captivité en Afghanistan.

Mme Coleman témoignait vendredi au procès de M. Boyle, qui fait face à 19 chefs d’accusation, notamment d’agression sexuelle, de voies de fait et de séquestration, pour des crimes qui auraient été commis au retour du couple à Ottawa. Caitlan Coleman et Joshua Boyle, qui sont maintenant séparés, avaient été retenus en otages pendant cinq ans par des extrémistes liés aux talibans en Afghanistan, jusqu’à leur libération en octobre 2017. Ils ont eu trois enfants en captivité.

Caitlan Coleman allègue que M. Boyle l’a frappée, l’a étouffée et l’a mordue à plusieurs reprises, aussi bien en captivité qu’après leur libération.

La mère de la présumée victime dit avoir visité sa fille à deux reprises à Ottawa, en octobre et en décembre 2017. Lors de ces deux visites, sa fille semblait avoir peur de son mari et ressemblait à une automate sans émotion, a relaté Lynda Coleman vendredi. Elle a affirmé que M. Boyle ne prenait pas soin des trois enfants du couple et qu’il s’attendait à ce que sa femme change leurs couches et les nourrisse même lorsqu’elle était malade et à l’hôpital.

« Il ne montrait jamais d’affection, jamais de respect », a déclaré Mme Coleman. Elle a soutenu que le regard de sa fille était parfois tendu et effrayé.

Selon elle, Caitlan Coleman était extravertie et pleine d’imagination, avec de nombreux amis, avant de rencontrer M. Boyle, mais elle est devenue une personne différente lorsqu’elle a été libérée.

Caitlan Coleman avait 14 ou 15 ans lorsqu’elle a rencontré Boyle en ligne sur un forum destiné aux amateurs de Star Wars.

Lynda Coleman a raconté que Caitlan était très différente lorsqu’elle était près de M. Boyle. « Il la poussait à bout au téléphone, elle criait, lançait des objets, lançait son téléphone », a-t-elle dit au tribunal. « Elle ne faisait jamais ça avec ses autres amis. »

Caitlan Coleman s’est enfuie de l’appartement du couple le soir du 30 décembre et a téléphoné à sa mère, qui était descendue à l’hôtel, pour lui dire qu’elle avait besoin d’aide.

Elle est arrivée à l’hôtel sans manteau et ne portait que des chaussettes, sans chaussures, par une glaciale nuit d’hiver à Ottawa, tremblante et bouleversée.

Lynda Coleman a déclaré que sa fille ne voulait pas appeler la police.

« Elle disait que Josh pouvait convaincre n’importe qui de n’importe quoi. » Mais peu après, trois policiers d’Ottawa se sont amenés à l’hôtel, appelés par M. Boyle, qui leur avait dit que sa femme était suicidaire.

Après avoir interrogé Caitlan, la police est revenue dans l’appartement de la famille et a arrêté Boyle.

Caitlan Coleman devrait terminer son témoignage plus tard ce mois-ci, alors que la Couronne appelle ses derniers témoins.

L’avocat de Boyle, Eric Granger, doit appeler ses témoins à la mi-août.