La défense songe à présenter une requête en arrêt des procédures, dans le très complexe dossier de Ronald Jr Brazeau.

Procès Brazeau : « peut-être » un arrêt des procédures

La défense songe à présenter une requête en arrêt des procédures, dans le très complexe dossier de Ronald Jr Brazeau, accusé d’homicide involontaire d’Amanda Trottier, une jeune mère d’Aylmer assassinée en 2014.

Si la requête est présentée, elle fera l’objet d’un débat mardi, au palais de justice de Gatineau.

Cette affaire fait l’objet d’un deuxième procès, alors que le premier a avorté, en novembre dernier.

Ronald « Djune » Brazeau a déjà plaidé coupable à un chef d’homicide involontaire du conjoint de Mme Trottier, Travis Votour. Il clame son innocence dans le décès de Mme Trottier.

En novembre dernier, la juge Anouk Desaulniers a ordonné l’avortement du procès pour l’homicide de Mme Trottier, en raison d’une preuve contradictoire de la Couronne.

Cette preuve, décriée par la défense, comportait deux scénarios différents dans l’assassinat du couple d’Aylmer.

Or, selon l’avocate de Ronald Jr Brazeau, Me Véronique Robert, la Couronne s’apprête à déposer les mêmes preuves contradictoires dans le deuxième procès.

Me Robert a confié au Droit que cette histoire sans fin était « la plus compliquée » de sa carrière.

Réflexion

Rien n’est réglé dans ce labyrinthe judiciaire, alors que la défense n’est pas tout à fait certaine de déposer une requête en arrêt des procédures, la semaine prochaine.

Il semble que la fin de semaine portera conseil, et que de nouveaux pourparlers sont prévus lundi entre la Couronne et la défense.

Si la défense dépose sa requête, elle sera présentée à la juge Rosemarie Millar, mardi.

Au centre de ces nouveaux rebondissements se trouve l’admission en preuve de l’interrogatoire policier de celui qui a reconnu avoir tué de ses mains le jeune couple, René Samson-Von Richter.

Aussi connu sous le pseudonyme de « King », M. Samson-Von Richter a dit avoir agi avec sa conjointe Sonia Vilon, en faisant irruption dans la résidence des Trottier-Votour, le 6 janvier 2014.

Selon la défense, « King » a menti lors de ce KGB, en disant avoir exécuté un ordre direct de M. Brazeau. Plus tard, « King » a affirmé avoir utilisé une arme à feu, de son propre chef, alors que M. Brazeau n’avait que proposé de « donner une drette » à Travis Votour.