Richard Bain

Procès Bain: le juge a donné ses instructions aux jurés

Le juge qui préside le procès pour meurtre prémédité de l'homme accusé de la fusillade au Métropolis le soir des élections provinciales de 2012 a commencé à donner ses instructions aux jurés, vendredi après-midi.
Le juge Guy Cournoyer, de la Cour supérieure, explique les différents verdicts possibles aux hommes et aux femmes qui détermineront le sort de Richard Henry Bain.
Plus tôt vendredi, le procureur Dennis Galiatsatos avait dit aux jurés qu'il croyait que la Couronne avait démontré hors de tout doute la culpabilité de M. Bain relativement aux six accusations pesant contre lui, dont une de meurtre prémédité.
Me Galiatsatos a déclaré que les preuves suggéraient que M. Bain était sain d'esprit lorsqu'il a posé son geste, le 4 septembre 2012, qui était, selon ses dires, motivé par sa colère face à la victoire du Parti québécois.
Richard Henry Bain est accusé du meurtre du technicien de scène Denis Blanchette et de cinq autres chefs, dont trois de tentative de meurtre.
La Couronne a plaidé devant les jurés que la défense de non-responsabilité criminelle était peu convaincante. Me Galiatsatos les a invités à évaluer soigneusement la crédibilité du témoignage de son client en cour et les commentaires qu'il avait faits auprès de psychiatres qui ont également témoigné au procès.
L'accusé soutient qu'il ne se souvient plus de ce qui s'est passé pendant la soirée, mais Me Galiatsatos a souligné que «l'amnésie» de M. Bain avait été invalidée par les déclarations de certains témoins et les notes manuscrites qu'il avait écrites pour un psychiatre en novembre 2012.
«Il ne se souvient pas, mais il a pourtant écrit exactement ce qu'il a fait et pourquoi», a déclaré le procureur de la Couronne.
Me Galiatsatos a demandé aux jurés «d'avoir confiance en leur bon sens» et a ajouté que tant la Couronne que la défense étaient persuadées que leur verdict sera «juste et équitable».