Jean Durand avait été reconnu coupable de 9 chefs d’accusation en octobre 2017.

Près de six ans de prison pour un ex-candidat d'élections municipales

Un ex-candidat aux élections municipales à Denholm, Jean Durand, a été condamné lundi à cinq ans et dix mois de pénitencier pour des délits sexuels commis à répétition sur quatre personnes d’âge mineur.

L’homme de 63 ans avait été reconnu coupable de 9 des 18 chefs d’accusation contre lui en octobre 2017. 

Les infractions, notamment contacts sexuels, attentats à la pudeur, des actes de grossière indécence ainsi que des incitations à des contacts sexuels remontent aux années 1970 à 1990. Elles ont été commises sur quatre victimes, dont sur deux d’entre elles à répétition.

L’une des victimes s’est dite libérée à la suite du prononcé de la sentence par le juge Paul Chevalier.

« Je suis heureuse, je vais pouvoir recommencer à mieux vivre en sachant qu’il va partir pour cinq ans et dix mois. Ce n’est pas une grosse sentence, mais nous sommes satisfaits », a-t-elle réagi.

Le ministère public réclamait une peine de sept à neuf ans alors que la défense demandait une sentence de deux ans moins un jour à être purgée dans la collectivité.

Le magistrat a notamment indiqué que les gestes sexuels posés et exigés par Durand ont été obtenus par « la manipulation ou une contrainte psychologique », et qu’une force physique a aussi été utilisée.

« Il est clair que l’intégrité psychologique (de victimes) de l’accusé a été affectée par l’âge qu’elles avaient, la nature, la fréquence, la durée des agressions, l’abus de confiance », a précisé le juge Chevalier dans sa décision sur la peine, tout en signalant que l’intégrité physique des quatre victimes a aussi été atteinte,

Le juge a aussi signalé qu’il y avait « une préméditation évidente à l’égard des quatre victimes ». 

L’avocat de Durand, Me Michel Lewis, a porté en appel le jugement et a indiqué lundi qu’il en appellera aussi de la sentence de 70 mois. Il a qualifié la peine de « très sévère ». Il demandera en outre que son client, qui nie les faits, soit libéré durant les procédures.

Jean Durand a été arrêté en 2012. La durée des procédures causée par des reports, notamment, a été difficile pour les victimes.

« Le juge a relu toutes les choses, mais moi je revois tout ça. Nous, on veut que ça finisse. Je ne veux plus voir ça dans ma tête. Je veux vraiment une autre vie », a continué l’une des victimes, tout précisant que les séquelles furent nombreuses. 

« La peur d’être autour du monde. Être en couple c’est dur, a-t-elle signalé. Là, aujourd’hui, je commence juste à bien respirer, à être moins craintive envers les hommes », a continué la victime, qui appelle les autres victimes d’abus sexuels à ne pas avoir peur de dénoncer leur agresseur.

« Oui, les procédures peuvent être longues et pénibles, mais vous verrez le soleil au bout du tunnel, comme moi aujourd’hui », a-t-elle expliqué.

Le juge a aussi imposé à Durand que son nom soit inscrit à vie au Registre national des délinquants sexuels.

Denholm est une municipalité située dans la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau.