Survivant de l’écrasement de son avion lors d’une partie de pêche en 2016, l’homme d’affaires gatinois Philippe St-Pierre est poursuivi pour plus de deux millions de dollars par les familles des défunts.

Poursuite contre Philippe St-Pierre

Survivant de l’écrasement de son avion lors d’une partie de pêche en 2016, l’homme d’affaires gatinois Philippe St-Pierre est poursuivi pour plus de deux millions de dollars par les familles des défunts.

Propriétaire de concessions automobiles en Outaouais, M. St-Pierre a perdu dans ce drame ses deux amis, Éric Cossette et Alain Lafontaine.

Pour sa part, le pilote a été brûlé au troisième degré sur 40 % de son corps.

Le Cesna piloté par M. St-Pierre s’est écrasé dans les environs de Baie-Comeau le 25 septembre 2016.

Poursuite

Trois ans plus tard, le 23 septembre dernier, les familles des deux défunts ont déposé une poursuite totalisant 2 265 258, 21 $ au palais de justice de Gatineau.

Les familles reprochent au pilote et propriétaire d’avoir commis une faute irréparable lors du vol.

Elles se fient au rapport du Bureau de la sécurité des transports (BST) pour démontrer que M. St-Pierre est personnellement responsable du décès d’Éric Cossette et d’Alain Lafontaine.

« Alors que l’avion volait à basse altitude, lit-on dans la requête judiciaire, le moteur (...) s’est arrêté. (M. St-Pierre) a amorcé un virage vers la droite pour tenter de revenir se poser sur le lac Kuashkuapishiu. C’est lors de l’exécution de ce virage que l’avion a décroché avant de s’écraser dans une zone boisée puis prendre feu. »

Selon la réprimande, ce virage prononcé était contraire à la procédure prévue dans le manuel de vol de l’appareil.

Il aurait fallu, selon le même manuel, abaisser le nez de l’aéronef promptement afin de maintenir la vitesse et effectuer un vol plané pour redémarrer le moteur ou atterrir.

La conjointe de M. Cossette, Véronique Babineau, indique dans la requête avoir perdu d’importantes sommes liées à son arrêt de travail ainsi qu’à l’absence de salaire provenant de M. Adam depuis cette date. Un montant est aussi prévu pour leurs enfants.

Nathalie Forcier, conjointe d’Alain Lafontaine, soutient que le foyer familial a aussi été privé de revenus provenant des salaires du couple. Les trois enfants sont aussi inscrits comme demandeurs.

En plus des pertes salariales, les familles éprouvées demandent réparation pour dommages moraux.

Le ou les avocats de Philippe St-Pierre n’ont pas encore fourni de réponse à cette requête judiciaire.

Les allégations des poursuivants n’ont pas encore été prouvées devant le tribunal.