Le voisin de Thérèse Gauvreau, cette octogénaire tuée chez elle à Gatineau le 18 janvier 2017 par un homme en état de crise mentale, réclame 15 000 $ à la Ville de Gatineau et à la police de Gatineau pour avoir subi de « graves préjudices moraux ».

Poursuite contre Gatineau et sa police

Le voisin de Thérèse Gauvreau, cette octogénaire tuée chez elle à Gatineau le 18 janvier 2017 par un homme en état de crise mentale, réclame 15 000 $ à la Ville de Gatineau et à la police de Gatineau pour avoir subi de « graves préjudices moraux ».

Dans des documents déposés à la Cour des petites créances à Gatineau, Ousmane Amadou Alkaly allègue que la négligence de la Ville lui a entraîné des problèmes psychologiques graves, et qu’il a dû subir des traitements médicaux pour des troubles d’anxiété et d’insomnie. Il a aussi dû obtenir des congés de maladie.

Jean-François Dupuis, qui a été reconnu criminellement non-responsable du meurtre de Mme Gauvreau, s’était présenté chez M. Alkaly et avait violemment tenté de s’introduire chez lui avant d’aller commettre l’irréparable.

Le plaignant précise dans un document que la répartitrice du 9-1-1 n’avait pas pris son appel au sérieux et que son cas n’avait pas été traité de manière urgente. Le centre d’appels d’urgence a d’ailleurs été montré du doigt à la suite du délai d’intervention de 31 minutes des policiers. Les événements ont forcé les autorités à entreprendre une importante restructuration du 9-1-1.

La Ville de Gatineau a nié toute responsabilité et tout lien de causalité entre la faute et les dommages allégués par M. Alkaly.

« Les dommages résultent plutôt de la tentative d’invasion de domicile », a-t-elle précisé dans un document de cour. Une audience doit avoir lieu le 13 mars.