La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) réclame que la Ville de Longueuil impose à ses policiers une formation antidiscrimination dans la foulée d’un possible cas de profilage racial.

Possible cas de profilage racial : la CDPDJ recommande de sévir contre Longueuil

MONTRÉAL —La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) réclame que la Ville de Longueuil verse 86 000 $ à une famille afro-américaine de quatre personnes et impose à ses policiers une formation antidiscrimination dans la foulée d’un possible cas de profilage racial.

Les membres de la famille avaient déposé des plaintes contre la Ville de Longueuil et deux de ses policiers, affirmant avoir été maltraités pendant une intervention de la police en novembre 2013.

Selon l’une des plaignantes, Dominique Jacobs, la police avait fait irruption dans sa maison sans sa permission et l’avait traitée irrespectueusement, elle et son conjoint de l’époque, après avoir interpellé son fils de 17 ans et son beau-fils de 19 ans alors qu’ils marchaient d’une station d’autobus de Brossard, au sud de Montréal.

Selon les plaintes de la famille, les deux policiers ont fait un usage disproportionné de la force, en poussant, menottant et fouillant les adolescents lors de l’intervention.

La Ville de Longueuil n’avait pas répondu à un message de La Presse canadienne au moment d’écrire ces lignes.

La commission se prépare maintenant à porter cette affaire devant le Tribunal des droits de la personne, qui a le pouvoir d’ordonner le versement d’une compensation.