L'agent Carpentier ratera six jours de travail pour son comportement lors d'une arrestation.

Policier suspendu pour insultes racistes

Un policier de Gatineau est suspendu temporairement pour avoir traité de « rapace » un homme d'origine arabe en état d'arrestation.
L'agent Charles Carpentier, blâmé par le Comité de déontologie policière, se voit imposer une suspension de six jours sans salaire.
Les faits se sont produits le 12 août 2012, lors de l'arrestation d'une connaissance du plaignant, Walid Benmoussa, dans le cadre d'une frappe de l'Escouade régionale mixte Gangs de rue.
M. Benmoussa, sur les lieux de la première arrestation, a aussi été interpellé pour possession d'un gramme de cannabis et d'un gramme de haschich. Pendant cette intervention, l'agent Carpentier, dans la voiture de police, a lancé au plaignant d'origine arabe : « Sale rapace, tu pues de la gueule. »
L'agent Carpentier aurait ensuite répété : « Vous les Arabes, vous êtes des estis de rapaces. »
« Monsieur Benmoussa, résume-t-on dans la décision du tribunal, a demandé un numéro de matricule, mais l'agent Carpentier a enlevé sa plaque d'immatriculation de son uniforme en refusant de répondre, et en réitérant ces insultes concernant les Arabes, et disait en riant qu'il était le fils du prophète Mohammed (sic). »
M. Benmoussa était agité, criant et détachant sa ceinture de sécurité, prononçant même des menaces de mort « voilées », selon la version du policier, dans cette même décision du comité de déontologie.
« Le policier a manifesté un sincère regret pour son comportement et il affirme avoir appris du présent événement. Il ne commettra plus d'erreurs de cette nature (...) La reconnaissance par l'agent Carpentier des inconduites qui lui sont reprochées comporte l'avantage d'abréger le débat », poursuit Me Pierre Drouin, qui a présidé l'audience, le 26 juin dernier.
La direction du Service de police de la ville de Gatineau (SPVG) a souligné, lundi, qu'il était « absolument inacceptable de tenir des propos racistes ou discriminatoires envers qui que ce soit ».
La directrice des communications du SPVG, Mariane Leduc, a ajouté que les attentes du corps policier étaient « claires » envers ses employés, policiers ou membres civils. « Les gestes de ce policier sont contraires aux bonnes pratiques encouragées. »
Il s'agit d'un « cas isolé », a conclu Mme Leduc.
Depuis l'incident de 2012, tous les agents ont suivi une formation intitulée « Intervention policière dans une société en changement » ayant pour thème le profilage racial, social et criminel.
M. Benmoussa, qui aurait refusé de répondre à certaines questions du policier, a reçu une contravention pour avoir troublé la paix pendant son arrestation.
L'agent Carpentier, policier depuis le 5 novembre 2008, n'avait aucun antécédent déontologique.
Cause pendante
Le policier est d'ailleurs en attente de procès pour conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool le 15 octobre 2014.
Les événements sont survenus vers 6 h.
Ses propres collègues du  SPVG ont répondu à un appel 9-1-1 concernant un homme impliqué dans une collision avec deux véhicules stationnés en bordure de la route.
Le policier n'était pas en service à ce moment.