Pas de cadeau pour le braqueur du temps des Fêtes

Même s’il n’a pas d’antécédent judiciaire, un Ottavien se retrouve derrière les barreaux pour cinq ans pour avoir perpétré un braquage à domicile entre Noël et le jour de l’An.

Le 29 décembre 2016, Dominic Valcourt-Lévesque a surgi dans un appartement de la rue Lavictoire, entre le boulevard Labrosse et la rue Main, dans le secteur Gatineau.

Lui et sa complice avaient eu de l’information selon laquelle ils pouvaient y trouver des stupéfiants.

Leur projet de voler la drogue s’est concrétisé le 29 décembre 2016.

M. Valcourt-Lévesque a forcé le résident de l’endroit à demeurer sur son divan, à la pointe d’une arme de calibre .12 au canon tronçonné.

Pendant ce temps, la complice s’est lancée à la recherche de la drogue.

Une amie de la victime qui venait tout juste d’arriver sur les lieux a pu interpeller son père, assis dans sa voiture stationnée plus bas.

Ce dernier a alerté les policiers en composant le 9-1-1.

Les deux suspects ont pris la fuite avec 64 comprimés de métamphétamine et 36 grammes de cannabis. Leur cavale a été de courte durée, grâce à la bonne description de ces derniers par le père de la femme, et à l’intervention rapide des policiers de Gatineau, qui ont procédé à leur arrestation quelques minutes plus tard.

Le juge Réal Lapointe a entériné la proposition des procureurs de la Couronne et de la défense, Ghislain Gallant et Marino Mendo.

Dominic Valcourt-Lévesque, 27 ans, doit purger la peine minimale de cinq ans, prévue au Code criminel en matière de vol qualifié avec une arme prohibée.

La peine a été imposée la semaine dernière, au palais de justice de Gatineau. Il reste au détenu trois et 9 mois de pénitencier à purger, étant donné les derniers mois de détention préventive.

Domninic Valcourt-Lévesque a plaidé coupable à des chefs d’introduction par effraction, de possession d’arme prohibée, d’avoir pointé une arme en direction d’une personne, de possession simple de cannabis et de possession simple de métamphétamine.