Le groupe d'Eugene Melnyk croit que cette nouvelle proposition harmonisera l’aménagement du projet des plaines LeBreton avec celui du 900, rue Albert.

Nouvelle proposition du clan Melnyk

En réponse à la poursuite d’un milliard $ déposée par Trinity Development plus tôt mardi, le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, et son entreprise Capital Sports Management Inc. (CSMI), sont revenus à la charge avec une toute nouvelle proposition afin de tenter de dénouer l’impasse dans le dossier des plaines LeBreton.

Cette nouvelle proposition permettrait aux deux groupes d’aller de l’avant tout en respectant les limites de structure et de temps imposées par la Commission de la Capitale nationale.

Le groupe CSMI s’engage à aller de l’avant avec le plan actuel à condition d’y apporter une modification. CSMI céderait à Trinity son intérêt pour les volets commerciaux, résidentiels et récréatifs du projet immobilier. Le groupe de M. Melnyk céderait aussi tous les bénéfices — qui doivent servir à financer les installations sportives — auxquels il aurait eu droit. C’est donc Trinity Development qui assumerait les responsabilités de CSMI pour le financement de l’amphithéâtre.

Trinity devrait donc assumer l’obligation de CSMI de rembourser le financement par emprunt de l’amphithéâtre et utiliser sa part des bénéfices provenant du 900, rue Albert pour s’acquitter de cette obligation.

Le groupe de M. Melnyk croit que cette proposition harmonisera l’aménagement du projet des plaines LeBreton avec celui du 900, rue Albert.

Réplique de Trinity

Trinity Development n’a pas perdu de temps à répondre à cette nouvelle offre du clan Melnyk.

À peine quelques minutes après la proposition du groupe CSMI, Trinity a répliqué par voie de communiqué en affirmant qu’«en surface, il semble que rien n’ait changé».

Trinity Development soutient que cette dernière offre de M. Melnyk et son groupe ne fait que renforcer l’idée qu’il exige un amphithéâtre payé par les contribuables et par Trinity.