Directeur de la protection de la jeunesse de l’Estrie depuis 2010, Alain Trudel a présenté sa démission tôt jeudi matin, mais demeure disponible pour collaborer aux enquêtes.

«Nous sommes tous ébranlés»

Onde de choc au sein de l’organisation du CIUSSS de l’Estrie – CHUS dans la foulée du décès tragique d’une fillette de 7 ans de Granby; le directeur de la Protection de la jeunesse de l’Estrie, Alain Trudel a présenté sa démission jeudi matin.

C’est le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, qui en a fait l’annonce jeudi matin à Québec. Rappelons que la DPJ de l’Estrie est largement blâmée dans le dossier du décès de l’enfant, survenu mardi à la suite de sa découverte dans un état critique.

« Nous avons suspendu M. Trudel, dit le ministre, et il a démissionné. La gestion dans ce dossier a été insatisfaisante. Une enfant est décédée. »

Plus tard, son bureau a précisé qu’il s’est temporairement retiré de ses fonctions, avec solde, afin de ne pas interférer dans le déroulement de l’enquête interne en cours, ce que le ministre Carmant, responsable de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), a accepté.  

« Il est imputable, c’est un signe de son imputabilité », avait-il déclaré. 

Stéphane Tremblay, président-directeur général adjoint du CIUSSS de l’Estrie – CHUS : « Nous demandons aux gens d’aider les membres du personnel à faire leur travail. »

Pas un cas de « liste d’attente »

Par la suite, la direction du CIUSSS de l’Estrie — CHUS a tenu un point de presse en fin d’avant-midi à Sherbrooke. « Nous sommes tous ébranlés par cet événement tragique », a lancé le docteur Stéphane Tremblay, président-directeur général adjoint, en faisant le point sur les étapes à venir relatives avec le tragique événement survenu à Granby.

« Nos pensées vont vers la famille et les proches de la victime. La population est émotive et c’est compréhensible. Nous demandons aux gens d’aider les membres du personnel à faire leur travail. Des signalements nous arrivent constamment. La protection de la jeunesse est le filet de sécurité que l’État québécois s’est alloué pour protéger les jeunes. »

M. Tremblay a répété que l’organisation qu’il dirige allait collaborer aux enquêtes qui ont et qui seront mises sur pied pour faire la lumière sur cette affaire. Des correctifs pourront être apportés, dit-il.

« Nous allons clarifier la responsabilité de l’établissement dans cette affaire. Nous allons collaborer aux enquêtes annoncées par le ministre. »

Lors d’un point de presse mercredi, M. Trudel avouait que la liste d’attente concernant des enfants de la DPJ en Estrie s’élève à 400 dossiers, soit 10 fois plus qu’en temps normal.

M. Tremblay a tenu à préciser que le cas de la fillette n’en était pas un de « liste d’attente ».

Concernant le départ d’Alain Trudel, il a rappelé le professionnalisme du gestionnaire. C’est lui qui très tôt jeudi matin a présenté sa démission à la direction du CIUSSS de l’Estrie, ajoute-t-il. Alain Trudel occupait cette fonction depuis 2010.

Il se rend disponible pour collaborer aux différentes enquêtes.

En fin de journée jeudi, le conseil d’administration a nommé Alain St-Pierre au poste de directeur intérimaire de la DPJ du CIUSSS de l’Estrie – CHUS.

Trois enquêtes

Rappelons que le gouvernement du Québec a annoncé mercredi la mise en place de trois enquêtes afin de faire la lumière sur cet événement. Une enquête criminelle sera menée par la police. De plus, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Estrie — Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse mèneront des enquêtes parallèles.

Par ailleurs, le gouvernement Legault annonce une enquête publique du coroner sur la mort tragique de l’enfant de sept ans à la suite de sévices à Granby.

En conférence de presse jeudi matin au Parlement, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a affirmé qu’elle avait demandé la tenue de l’enquête du coroner pour « déterminer les causes probables de cette mort et formuler des recommandations pour éviter des morts semblables ».

Ce drame secoue le Québec depuis le début de la semaine. La fillette avait été hospitalisée à Sherbrooke après avoir été trouvée apparemment ligotée et dans un état de santé critique dans la résidence, lundi. Son décès a été annoncé le lendemain en après-midi.

Entre-temps, la Sûreté du Québec (SQ) a annoncé l’arrestation d’un homme de 30 ans et d’une femme de 35 ans à propos de cette affaire. Selon plusieurs sources, il s’agit du père de l’enfant et de sa plus récente conjointe.